Versailles : à Satory, les parents d’élèves demandent des classes en plus

Des parents d’élèves des écoles Clément Ader et Les Alizés ont manifesté ce jeudi pour demander plus de moyens pour l’éducation de leurs enfants.

Ces écoles sont toutes deux situées à Satory, un quartier où vivent beaucoup de militaires. Et dans leur communiqué, les parents d’élèves constatent qu’aucune structure n’est créée pour assurer une vie scolaire de qualité, mais que, au contraire, il y a toujours une crainte permanente de voir des classes être supprimées, alors que le nombre d’élèves reste lui au même niveau.

Tous les ans, les parents d’élèves voient planer le doute sur les fermetures de classes dès le mois de juin, pour se voir sacrifiés au mois de septembre. Pour quelle raison ? A effectif quasi constant d’une année sur l’autre, l’académie se cache derrière des quotas de répartition des élèves, et donc de la répartition des agents du corps enseignant. Ainsi, chaque ouverture et fermeture de classe se joue à 2,5 élèves prêt […]et les classes sont pleines : 32,5 élèves par classe en moyenne. Comment nos professeurs des écoles peuvent-ils accomplir leur mission d’éducation et/ou de service public de manière correcte dans ces conditions ? Tout le monde est tenu en échec, enseignants et élèves.

 
Plus que les salles de classe surpeuplées, les parents étendent le problème au centre de loisirs périscolaire. Cette structure, vieillissante, ne permet pas d’accueillir les enfants dans de bonnes conditions, ou en toute sécurité. Les procédure d’inscription sont compliquées, et assez onéreuses. Les parents demandent donc plus d’équité des structures entre les différents quartiers de Versailles, afin de ne plus voir le plateau de Satory “laissé à l’abandon”.

Si le plateau de Satory abrite un centre Igesa (Institution de gestion sociale des armées), tous les habitants ne peuvent y prétendre puisque qu’il faut être ressortissant du ministère des armées. D’autre part, sa capacité d’accueil est insuffisante. Ces locaux vieillissants, dont l’environnement a été urbanisé à 80% par rapport à son année de construction, manque d’aménagements pour accueillir dignement les enfants, comme dans les centres de la ville
[…]
D’autre part, les tarifs pratiqués sont plus élevés que ceux de la mairie et, compte tenu qu’il s’agit d’un organisme social, interdit tout accès aux aides sociales et au paiement en CESU.
[…]
Pour inscrire les enfants, les parents doivent écrire un mail et attendre, la mairie renvoyant systématiquement vers l’Igesa qui refusent les inscriptions puisqu’il est complet. Jusqu’à la rentrée, peu de parents arrivent à inscrire leur enfant, les places restantes sont peu à peu dites inutiles et reprises au profit d’autres centres de la ville. En plus du manque d’accessibilité, ces places ne sont disponibles que les mercredis hors vacances scolaires, ce qui oblige les parents à descendre aux quatre coins de Versailles, selon les places disponibles

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – PARENTS D’ELEVES ECOLES CLEMENT ADER ET LES ALIZESCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Saint-Quentin-en-Yvelines : une fusion de l’université avec Paris-Saclay pour 2025

Avec la création de l’université Paris-Saclay, l’avenir de l’université de Saint-Quentin-en-Yvelines (UVSQ) se précise, et …