Villepreux : épandage de pesticides, la mairie alerte l’Etat

Ce mercredi 21 août, la mairie de Villepreux a envoyé des courriers officiels aux ministres de l’écologie et de l’agriculture sur les dangers des pesticides répandus près de zones habitées.

“Au mois de mai 2019, les Maires de Langouët et du Perray-en-Yvelines ont pris un arrêté municipal pour interdire l’usage des pesticides de synthèse à proximité des habitations. Si ces décisions ne relèvent pas de la compétence d’une mairie, leur initiative a cependant permis de faire émerger un sujet essentiel !”, expose de la décision d’écrire aux ministres le premier adjoint Thierry Essling.

Comme l’indique son communiqué de presse, la mairie veut que des réglementations soient prises afin de protéger les riverains contre des produits toxiques et dangereux pour la santé.

Ces épandages chimiques, réalisés plusieurs fois par an (à quelques mètres, parfois, des maisons) inquiètent considérablement nos riverains, notamment dans un territoire tel que le nôtre, où la topographie dégagée de la plaine de Versailles est particulièrement propice au développement phénomènes venteux, ultra-localisés, qui peuvent concourir à la dispersion des produits épandus.

 

La ville de Villepreux veut également amorcer un dialogue directement avec les agriculteurs, notamment en leur proposant de signer une charte pour ne plus utiliser ces produits phytosanitaires. Une charte qui pourrait, par la suite, être adressée à tous les habitants. Une action qui s’inscrit dans le cadre du nouveau statut de la commune reconnue “territoire engagé pour la nature” aux assises de la biodiversité 2019.

Dans son courrier aux ministres, la municipalité propose plusieurs mesures au gouvernement, en particulier pour les agriculteurs exerçant à proximité des villes :

Villepreux ne souhaite pas s’engager dans une démarche solitaire sans lendemain, mais au contraire, nous souhaitons vous alerter sur les dispositions qui nous paraitraient utiles d’être prises afin d’édicter des normes nécessaires à la protection de nos concitoyens contre la toxicité des produits phytopharmaceutiques commercialisés et diffusés sur les cultures, tout particulièrement sur les zones agricoles en lisière de zones urbanisées.
[…]
En complément de la limitation de l’usage des produits phytopharmaceutiques, la protection des populations pourrait être renforcée par la plantation obligatoire de haies séparatives (avec aides gouvernementales ?), le long des zones habitées /zones d’activité. Ces haies de hautes tiges feraient barrage aux produits chimiques épandus, mais pas seulement : elles auraient également un effet favorable sur la stabilisation des sols et le développement de la biodiversité (insectes, oiseaux…).

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – MAIRIE DE VILLEPREUXCREDIT PHOTO : ILLUSTRATION / TR 78

Regardez aussi

Yvelines : le département recherche ses éco-garde bénévoles

Le département des Yvelines recherche des éco-gardes bénévoles chargé de protéger son patrimoine naturel. Cette …