Vallée de Seine : le syndicat de l’incinérateur se dégage de toute sa dette toxique

Après 13 ans de tourments, les 15 communes yvelinoises * qui composent le Syndicat intercommunal de destruction des résidus urbains (Sidru) peuvent souffler. Elles n’ont plus à envisager la vente de l’incinérateur Azalys (photo), à Carrières-sous-Poissy, dont elles seront propriétaires à la fin de l’année. Le Sidru est débarrassé de ses deux emprunts toxiques.

Un récent emprunt de 12 millions d’euros auprès de la Caisse des dépôts et consignations a payé à la banque Depfa le restant des 20,5 millions d’euros auxquels le syndicat avait été condamné par la cour d’appel. Et le 1er juin, le Sidru a signé, pour 26 millions d’euros, la sortie définitive de l’autre emprunt structuré, avec la banque Natixis, révèle La Gazette en Yvelines :

En 2005, l’emprunt réalisé auprès de Natixis, sous forme d’un swap à la formule de calcul basée sur le rapport entre Euro et Franc suisse, représentait un capital souscrit de 13.2 millions d’euros. A la signature du protocole, vendredi, le Sidru devait à Natixis 26 millions d’euros, dont il a remboursé trois millions d’euros comptant ce jour-là.

Les 23 millions d’euros restant le seront pendant les 11 prochaines années, à un taux d’intérêt fixe de 1,2 %. Les deux intercommunalités concernées, Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) et Saint-Germain boucles de Seine (SGBS) ont adopté en séance la garantie de ce nouvel emprunt d’échelonnement. Selon nos informations, issues d’un document interne, la banque avait produit, le 17 avril 2018, une estimation de remboursement avant négociation d’environ 38.6 millions d’euros.

Les « intérêts impayés » étaient évalués à 15.6 millions d’euros, tandis que les « frais, charges et coûts financiers directs et indirects liés à la résiliation anticipée du swap » l’étaient à 23 millions d’euros. Enfin, l’établissement bancaire avait également indiqué, dans ce document, qu’elle avait mesuré à 11.6 millions d’euros les « pertes liées aux ajustements des taux entre 2010 et 2014 prises en charge par Natixis » (les taux d’intérêts étant devenus extrêmement élevés, Ndlr).

 

* Le Syndicat intercommunal de destruction des résidus urbains (Sidru) rassemble quinze communes de la communauté d’agglomération Saint-Germain boucles de Seine (SGBS), et de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise (GPSEO) : Saint-Germain-en-Laye, Aigremont, Chambourcy, Fourqueux, Le Mesnil-le-Roi, Achères, Andrésy, Carrières-sous-Poissy, Conflans-Sainte-Honorine, Médan, Morainvilliers, Orgeval, Poissy, Verneuil-sur-Seine et Vernouillet.

SOURCE : LA GAZETTE EN YVELINESCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Île-de-France : les agriculteurs annoncent le blocage de raffineries et dépôts de carburant

Ils sont vent debout contre l’application des accords de libre-échange Ceta (entre Europe et Canada, …