Le rappeur Demi Portion a tourné son dernier clip avec Ramzy à Carrières-sous-Poissy

Il est allé bien loin de sa Sète (Hérault) natale, pour tourner son clip dans les Yvelines, à Carrières-sous-Poissy. Demi portion, rappeur ayant débuté sa carrière professionnelle à la fin des années 2000, et dont la sortie du dernier album, « Super héros », est prévue le 18 mai 2018, a jeté son dévolu sur le quartier carriérois des Fleurs et sur le complexe sportif Alsace.

Il y a tourné, le mardi 13 mars dernier, son clip « La sirène », diffusé depuis le 6 avril :

 

Il y inverse les rôles et clichés traditionnels entre policier et consommateur de drogue, avec en guest star le comédien Ramzy (photo). Le jour du tournage, la municipalité de Carrières-sous-Poissy se félicitait de cet intérêt pour la commune, dont est originaire l’un des membres du collectif Original kids, sollicité par le rappeur pour réaliser le clip, résumé ci-après par Kombini :

Rachid Daif de son vrai nom a quitté sa chère ville héraultaise pour investir la commune de Carrières-sous-Poissy, dans les Yvelines. Alors qu’un agent de police sous les traits de l’humoriste franco-cambodgien Bun Hay Mean (dit “Chinois marrant”) s’offre une pause clope pendant son service, ce dernier se fait voler sa voiture par un jeune délinquant qui passait par là. C’est Ramzy.

Ni une ni deux, l’acteur et humoriste va alors enfiler l’uniforme des forces de l’ordre qu’il trouve dans le coffre pour abuser de son pouvoir. Les rôles vont s’inverser, ce n’est plus le policier qui va contrôler le jeune de banlieue, mais le jeune de banlieue, se faisant passer pour un flic, qui va saisir le cannabis dans les poches d’un jeune blanc du quartier.

Histoire d’appuyer encore plus sur les clichés, le faussaire va rapidement vendre la came qu’il a récupérée pour en tirer un peu d’argent. “Chinois marrant”, qui interprète le policier dont l’identité a été usurpée, va de son côté, tenter de retrouver le voleur, dans l’espoir notamment de récupérer sa caisse. Il n’aurait peut-être pas dû le suivre jusqu’à sa cité où il va finalement se faire molester par un petit groupe d’habitants.

Regardez aussi

Vallée de Seine : le syndicat de l’incinérateur se dégage de toute sa dette toxique

Après 13 ans de tourments, les 15 communes yvelinoises * qui composent le Syndicat intercommunal …