Carrières-sous-Poissy : l’opposition au maire refuse 11,3 millions d’euros de subventions

L’opposition, composée des trois groupes respectivement menés par l’ancien maire Eddie Aït (SE), par l’écologiste Anthony Effroy (DVG) et par la toujours première adjointe Khadija Gamraoui-Amar (LR), a voté contre la délibération au conseil municipal de ce lundi 30 septembre.

Le conseil départemental des Yvelines prévoyait l’attribution de 11,3 millions d’euros de subventions à la municipalité carriéroise, dans le cadre de son programme Prior’Yvelines, dédié au développement résidentiel. Mais son opposition, qui inclut depuis avril le groupe politique formé par la première adjointe Khadija Gamraoui-Amar, a décidé de finalement voter contre au conseil municipal de ce lundi (les élus d’opposition ont ensuite quitté la salle du conseil, Ndlr).

Début 2019, la municipalité se félicitait de l’annonce de ce subventionnement dédié « aux projets scolaires, de la petite enfance et d’aménagement urbain » dans le bulletin communal, y compris son maire Christophe Delrieu (DVD) qui l’avait annoncé lors de ses vœux et le décrivait ainsi :

Il s’agit là d’une aide considérable de la part du conseil départemental des Yvelines qui soutient notre commune avec force dans tous ses projets. Au nom de tous les Carriérois, j’ai chaleureusement remercié Pierre Bédier, notre président du conseil départemental des Yvelines, et nos conseillers départementaux Karl Olive et Élodie Sornay. C’est l’aboutissement de plus d’un an de travail avec les services départementaux et leurs conseils qui ouvre des perspectives de projets essentiels pour nos plus jeunes Carriérois.

 

Le programme Prior’Yvelines est ainsi nommé pour « Programme de relance et d’intervention pour l’offre résidentielle des Yvelines », est « concentré sur les territoires à potentiel urbain ». Il attribue d’importantes subventions aux communes pour ériger des équipmements publics nécessaires dans le cadre de programmes de logements dont les objectifs sont chiffrés.

Dans une publication sur Facebook au soir de ce conseil municipal agité une fois de plus, Grégory Deleau, habitant et proche de la majorité, a publié sur Facebook, au soir du conseil municipal, un récapitulatif du contenu des subventions du programme pour Carrières-sous-Poissy, attribuées par le Département :

  • 3 millions d’euros pour la construction de l’école Giono, soit 70 % du financement.
  • 5,6 millions d’euros pour la construction de l’école Parc centralité, soit 70 % du financement.
  • 2 millions d’euros pour la construction d’une crèche de 60 berceaux, soit 41 % du financement.
  • 500 000 euros pour la Zac Saint-Louis.
  • 75 000 euros pour l’aménagement des accès de l’école des Dahlias, soit 60 % du financement.

Dans une publication du mardi 1er octobre, le groupe Bien vivre à Carrières-sous-Poissy, mené par Anthony Effroy, a expliqué les raisons du vote contre le concernant. Le groupe estime que Prior’Yvelines « est un dispositif destiné a accompagner les villes « bâtisseuses » qui s’engagent dans de vastes opérations de bétonnage ». Il cite directement Anthony Effroy :

« Cette convention n’est que du chantage à la bétonisation de notre ville. Alors que nous avons déjà fait des efforts considérables en terme de construction, sans que les infrastructures publiques ne suivent, on nous demande aujourd’hui d’accepter encore plus de logements supplémentaires, sur une temporalité encore plus courte.Ce n’est donc qu’au prix de 1 777 logements sur 5 ans, que la ville ne pourrait prétendre à la subvention du Département des Yvelines… Inacceptable !

Si la précédente équipe municipale avait déjà mis la ville sur les rails de la densification à outrance, le Maire actuel fait lui aussi le jeu des promoteurs en décidant d’accroître le nombre de logements des différents programmes immobiliers de la ville. C’est ainsi que sur la période 2015-2020, le maire a augmenté de 70% le nombre de logements (passant ainsi de 1 300 à 2 187).

La Zac Centralité a vu ses logements passer de 2 800 à 3 200 et lors de l’élaboration du PLHi, le maire en a accepté 1 657 supplémentaires après 2023. De 2016 à 2018, 1 187 logements sont sortis de terre et d’ici à 2025 le Maire s’engage à en créer 3 849 supplémentaires, dont 30% de sociaux, 30% de T1/T2 et 36% de T3.

Une telle politique n’est bénéfique qu’aux promoteurs et aura de lourdes conséquences pour les citoyens. Rejeter cette convention était une question de bon sens, même si cela est difficile à faire comprendre aux habitants, tant le montant de la subvention semble attrayant.

SOURCE : TR 78CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Carrières-sous-Poissy : Eddie Aït refuse des “alliances de circonstances”

Dans un communiqué de presse publié jeudi 4 juin dans l’après-midi, le candidat à la mairie de Carrières-sous-Poissy Eddie Aït, dénonce des « alliances de circonstances ». Ses déclarations interviennent ainsi peu après l’annonce de la fusion des listes conduites par Khadija Gamraoui et Anthony Effroi.