Coronavirus : les maires élus au premier tour n’entreront pas en fonction avant mai

Les maires et leurs conseillers municipaux élus dès le premier tour des élections n’entreront pas en fonction avant le mois de mai au minimum. Alors que, dans les villes où les élections municipales se sont jouées dès le premier tour, les conseils municipaux d’installation devaient se tenir ce week-end, le premier ministre a annoncé hier qu’ils n’auraient pas lieu avant la mi-mai. Date à laquelle, selon Le Figaro, un rapport devra permettre d’indiquer « s’il est possible d’installer les conseils municipaux » au regard des conditions sanitaires.

Dans les Yvelines de tels conseils municipaux d’installation, qui permettent aux nouveaux élus d’élire le maire et ses adjoints, étaient notamment prévus en cette fin de semaine à Aubergenville, Élancourt, Maurepas, Chanteloup-les-Vignes, Montigny-le-Bretonneux, au Chesnay, Mantes-la-Jolie, Poissy, Vernouillet, Vélizy, Saint-Germain-en-Laye, etc.

En attendant l’organisation de ces conseils municipaux d’installation, les élus sortant restent donc en fonction, qu’ils aient été réélus, battus, ou ne se représentaient pas. Ils devront continuer de gérer les affaires courantes et la crise sanitaire en cours. En conséquence, les maires battus dès le premier tour, comme Philippe Brillault (DVD) au Chesnay par exemple, ou ceux qui avaient décidé de se retirer, à l’image de Ghislaine Senée (EELV) dans la petite commune d’Evecquemont, restent donc aux manettes. Autre exemple à Montigny-le-Bretonneux, où l’ancien directeur de cabinet de la commune, Lorrain Merckaert (DVD), candidat pour la majorité sortante, a été élu pour succéder à Jean-Luc Ourgaud (DVD), qui ne se représentait pas.

Les élus des intercommunalités restent donc également en fonction.

SOURCE : TR 78CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Second tour à Trappes : Vers un duel Rabeh-Nasrou ?

Trois forces sont en présence pour ce deuxième round électoral : Ali Rabeh, soutenu par Generation.s et le Parti communiste (arrivé en tête du premier tour, avec 37,30 % des voix). L’ex-LR Othman Nasrou en tandem avec le candidat de la société civile Mustapha Larbaoui (27,5 % des voix). Et enfin le maire en titre Guy Malandain, soutenu par LREM mais lâché par le PS (27,1 % des voix).