Conflans-Sainte-Honorine : 200 Tibétains dorment dehors, le maire LR demande l’aide de l’Etat

« Conflans-Sainte-Honorine est connue au Tibet, et les Tibétains y arrivent maintenant directement. » Par ces mots, le maire LR de la commune, Laurent Brosse, donne l’une des possibles raisons de leur « arrivée continue » qui se poursuit au rythme de « trois ou quatre par jour ». L’édile, qui s’est toujours montré concerné, en appelle une nouvelle fois à l’État car la « situation devient intenable ». Le maire comme l’association la Pierre blanche souhaitent qu’une solution soit trouvée pour les près de 200 Tibétains qui dorment actuellement dans des tentes au Pointil.

Depuis près d’un an, une cinquantaine de Tibétains sont hébergés dans l’ancien bureau d’affrètement fluvial du Pointil, grâce à une convention signée entre Voies navigables de France (VNF), propriétaires du lieu, la préfecture et la Pierre blanche, association d’accueil et d’hébergement de personnes en difficulté. Mais face au nombre important de réfugiés, Laurent Brosse insiste que la cinquantaine de places dans le bâtiments est « largement insuffisante ».

En novembre dernier déjà, plusieurs Tibétains dormaient dehors sous le porche de l’ancien bureau d’affrètement et ils seraient actuellement 63 dans cette situation d’après le maire. « Mais depuis juin, ça s’est largement empiré puisque sur l’espace vert (situé devant le bâtiment, Ndlr) on a des tentes qui se sont multipliées, explique le maire de Conflans-Sainte-Honorine. La situation en matière d’hygiène et la situation sanitaire deviennent alarmantes. »

SOURCE : LA GAZETTE EN YVELINESCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Yvelines : la Croix-Rouge recherche des bénévoles

Pour continuer à assurer ses actions de solidarités pendant l'épidémie, la Croix-Rouge des Yvelines a lancé un appel sur les réseaux sociaux, pour trouver des bénévoles d'un jour.