Yvelines : un taulard organisait une trafic de stupéfiants depuis sa cellule

Un détenu de la prison de Val-de-Reuil dirigeait un important trafic de stups depuis sa cellule. Les policiers ont mis la main sur 3 kg 915 g de résine de cannabis et 17 686 euros en billets de banque.

C’est un véritable gang de malfaiteurs que les policiers ont débusqué le lundi 20 mai 2019 au cours d’une vaste opération menée dans les Yvelines (à Poissy et aux Mureaux) et les départements voisins (Val-d’Oise et Essonne).

Ce jour-là, neuf individus ont été interpellés pour trafic de stups et association de malfaiteurs. Ils sont soupçonnés d’avoir animé un important trafic de résines de cannabis au cœur de la cité de Beauregard, à Poissy.

Lors d’une perquisition à leurs domiciles et dans les parties communes de Beauregard, les fonctionnaires de police ont mis la main sur 3 kg 915 g de résine de cannabis ; 17 686 euros en billets de banque ; trois armes de poing (deux pistolets de calibre 7,65 mm et un de calibre 45) ainsi que des munitions ; un fusil à lunette calibre 458 ; et une trieuse à billets.

Écoutes téléphoniques, surveillances physiques… le travail d’enquête minutieux de la police débuté en janvier 2019 a permis d’identifier le surnommé « Caracas » comme étant le gérant de ce juteux business. Ce dernier recrutait des mineurs originaires des Mureaux comme vendeurs. La drogue était cachée dans les parties communes des immeuble de la cité. Le dealer était secondé dans la gestion de son trafic par un complice.

Mais il s’est avéré par la suite que le dénommé « Caracas » n’était en réalité qu’un subalterne sous les ordres d’un taulard, issu d’une famille bien connue du secteur pour ses activités illicites. Celui-ci dirigeait les opérations depuis sa cellule de la prison de Val-de-Reuil (Eure) à l’aide de téléphones illégalement introduits en zone de détention. Ses deux frères lui servaient de bras droit.

Actuellement, l’enquête se poursuit avec les auditions des suspects qui ont été placés en garde à vue. Ils doivent être déférés au palais de justice de Versailles dans les prochains jours.

SOURCE : TR78 CREDIT PHOTOS : DDSP78

Regardez aussi

Chambourcy : l’homme suicidaire a été pris en charge à l’hôpital

L’homme de 65 ans suicidaire qui s’était retranché à son domicile situé chemin du jardin …