Yvelines : il participe au grand débat et se retrouve invité à un meeting LREM de la députée Nadia Hai pour les européennes

Depuis hier, la députée de la 11e circonscription des Yvelines Nadia Hai (LREM) est au cœur d’un polémique concernant la collecte illégale de données à caractère personnel.

Elle est ainsi accusée par un internaute de s’être servie de l’adresse mail qu’il avait utilisée lors de sa participation au grand débat pour l’inviter à un meeting LREM-Modem organisé dans le cadre des élections européennes du 26 mai.

La cellule investigation de Libération a mené l’enquête pour faire la lumière sur cette affaire. Interrogée par “CheckNews”, Nadia Hai évoque « un malentendu ».

Vendredi 17 mai 2019, vers 10 heures, Temps Réel 78 recevait un mail de la députée de la 11e circonscription des Yvelines Nadia Hai (LREM) informant de la tenue d’une réunion publique dans le cadre des élections européennes autour de la liste Renaissance : « Pour défendre une Europe écologique et sociale ».

Le communiqué de presse faisait mention des personnes présentes le lundi 20 mai 2019, à 19h30, à Fontenay-le-Fleury : Marie-Pierre Vedrenne, candidate sur la liste Renaissance, Marc Fesneau, ministre chargé des Relations avec le Parlement, et Nadia Hai, députée de la 11e circonscription des Yvelines.

Sauf que l’envoie de ce mail ne s’est pas limité à une invitation pour la presse. Un internaute a également reçu ce courriel. Il était ainsi convié à participer à l’un des derniers meeting LREM-Modem dans les Yvelines avant le scrutin du 26 mai. Plutôt surpris par la démarche, il en a fait part samedi sur le réseau social Twitter, comme le raconte CheckNews, la cellule d’investigation numérique du journal Libération qui s’est emparée du sujet.

Dans son tweet, cet habitant de Bois-d’Arcy, qui se définit lui même « comme un citoyen lambda, sans étiquette [politique] particulière », s’insurge de la réception de ce message et laisse entendre que la députée Nadia Hai a utilisé l’adresse mail qu’il avait renseignée lors de sa participation au grand débat pour communiquer autour des actions menées par son propre parti politique dans le cadre des élections européennes.

En effet, l’internaute en question avait inscrit ses coordonnés sur une feuille lors de sa participation à deux réunions publiques à Fontenay-le-Fleury, le 7 février, et à Bois-d’Arcy le 12 mars. Sauf que sa présence ces jours-là s’inscrivait dans une volonté de participer à la large consultation voulue par Emmanuel en réponse à la grogne sociale des gilets jaunes, en dehors de toute obédience politique.

Contactée par CheckNews, la députée des Yvelines indique que ses équipes vont retirer son adresse mail de la liste de diffusion des événements organisés par le parti. « Je m’excuse auprès de lui pour la gêne occasionnée par ce malentendu », déclare Nadia Hai à CheckNews.

Ce procédé pose néanmoins des questions sur le plan juridique. Un avocat contacté par la cellule d’investigation numérique de Libé estime ainsi que cette collecte d’informations est « très limite en effet et même à mon sens illégal ». Il rappelle que l’article 226-18 du code pénal, stipule que « le fait de collecter des données à caractère personnel par un moyen frauduleux, déloyal ou illicite est puni de cinq ans d’emprisonnement et de 300 000 euros d’amende. »

SOURCE : CHECKNEWS CREDIT PHOTO : TR78

Regardez aussi

Poissy : Nathalie Martin mènera Poissy demain aux municipales

Nathalie Martin et Emeric Vallespi, les deux anciens attachés parlementaires de la députée Florence Granjus …