Yvelines : Gérard Larcher appelle à “s’inspirer des territoires”

Vendredi 12 juillet, le président du Sénat Gérard Larcher (LR), organisait “Une convention de la droite et du centre” sur les questions de santé.

Un rassemblement dans lequel Gérard Larcher, appuyé par le maire de Poissy Karl Olive (LR), le président du Département, Pierre Bédier (LR) et la présidente de la Région Valérie pécresse (Libres), ont appelé à “s’inspirer des territoires” et invité à la fédération à l’approche des élections municipales de mars 2020.

“Il faut repartir du terrain pour concevoir des idées, insistera en guise de conclusion de cet après-midi Gérard Larcher. Est-ce qu’il ne faudrait pas donner de la reconnaissance aux initiatives locales et accepter les expérimentations dans des territoires définis ?”

Pour appuyer son propos à propos de la lutte contre la désertification médicale, l’élu souligne notamment l’idée du maire de Le Favril, en Eure-et-Loir, qui souhaite implanter une cabine de télémédecine dans sa commune.”Comment ne pas prendre son projet comme une avancée formidable qui mérite d’être explorée?”, questionne-t-il.

Il est rejoint dans son propos par le président du Département, qui lui aussi milite pour que soient accordés aux Départements plus de responsabilités en matière de santé. Pierre Bédier insiste notamment sur la création d’un bus PMI en 2017 ou sa participation à la création de maisons médicales.

“La promesse républicaine de la santé pour tous ne fonctionne plus, y compris dans un département plutôt à l’aise comme les Yvelines, constate-t-il. […] Il faut une troisième vague de décentralisation. […] Je suis partisan qu’on confie au Département comme on lui a confié l’aide sociale, la politique de santé, sous l’autorité de l’Etat.”

Pour la centaine d’élus présents, cette volonté de repartir du terrain est ainsi une sorte de leitmotiv pour les futures élections municipales. “Nous avons créé ensemble pour les Yvelines, qui est d’abord à l’origine un parti politique dont le Département est l’ossature mais aujourd’hui veut s’ouvrir […] pas pour faire des concurrences aux partis politiques traditionnels, détaille de la démarche Pierre Bédier. Nous avons vocation à porter cette vision de la décentralisation, de la contractualisation et de l’innovation comme un label nécessaire pour la bonne gestion en Yvelines.”

En ce sens, le 11 juin dernier, le maire de Poissy Karl Olive annonçait la création d’un label Génération Terrain, du nom de son mouvement et rassemblant aujourd’hui 200 élus.

“Nous ne sommes pas un syndicat d’élus locaux, détaille ce dernier. […] La labellisation supposera de répondre à un certain nombre de critères que nous sommes en train de valider. Des critères notamment de concertation, de validation des décisions avec les administrés, …

Malgré son départ récent des Républicains, la présidente de la Région Île-de-France Valérie Pécresse, n’est pas en reste.

“J’inscris le mouvement Libres sous l’ombrelle protectrice de Gérard Larcher, souligne-t-elle. Si on veut apporter des solutions aux problèmes, il faut que chacun d’entre nous creuse son sillon, celui de Libres qui est une droite moderne, une droite ouverte”.

Les ténors de la droite yvelinoise ne semblent donc pas inquiets de la création de ces multiples labels. “Nous sommes capables de nous retrouver dans un esprit d’alliance”, indique Gérard Larcher. “Ce qu’on veut faire c’est totalement open, chaque tête de liste choisira ce qu’elle veut faire, complète pour sa part Pierre Bédier. Vous êtes là face à une liste qui n’est pas idéologique, qui n’est pas une liste qui pense qu’il faut combattre ou soutenir le président de la République. C’est une liste d’intérêt local qui essaie d’apporter des réponses concrètes à votre vie locale.”

SOURCE : TRCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Yvelines : face à la canicule, les ouvertures de bouches à incendie se multiplient

Alors que le département connaît une vague de chaleur sans précédent pour cette période, de …