Quartier Mantes U : le nouvel urbaniste crée un parc urbain, le précédent s’estime « viré »

Mercredi 14 mars, l’Etablissement public d’aménagement du Mantois Seine aval (Epamsa) a dévoilé, lors du Marché international des professionnels de l’immobilier (Mipim), le nom du nouvel urbaniste, Nicolas Michelin, ainsi que les futurs grands principes présidant à la révision du quartier Mantes université.

Ce quartier lancé voilà une décennie, est prévu à cheval sur Mantes-la-Jolie, Mantes-la-Ville et Buchelay. Environ 1 100 logements ont déjà été réalisés ou sont en passe de l’être, et les nouveaux aménagements prévus incluent un parc urbain de la future gare à la halle Sulzer (plan ci-dessous, Ndlr), indique le communiqué de presse de l’Epamsa :

De nouveaux éléments impactant le futur quartier de gare – l’arrivée du RER Eole à Mantes-la-Jolie en 2024, l’abandon du projet commercial initialement porté par Hammerson, et la libération de nouveaux fonciers de la SNCF dans le périmètre de ZAC – ont décidé l’Epamsa, Grand Paris Seine & Oise et la SNCF de lancer en avril 2017 une étude urbaine et fonctionnelle sur le pôle gare de Mantes-la-Jolie.

Confiée à l’Agence Nicolas Michelin & associés après consultation, l’enjeu de cette étude était d’intégrer le pôle gare SNCF/RER dans son environnement et notamment avec le projet de ZAC Mantes Université et du secteur Nord de la gare de Mantes-la-Jolie.

Les résultats de l’étude pôle gare, validée fin 2017 par le groupement de commande et les élus de GPS&O, proposent :
– une transformation en profondeur de la gare pour accueillir le RER Eole
– un nouvel accès aux quais pour fluidifier les flux
– l’implantation d’une nouvelle passerelle pour renforcer la liaison urbaine entre le nord et le sud de la ville,
– la création d’une nouvelle gare routière répondant à la multimodalité du pôle gare,
– une démolition du parking silo afin d’aménager le nouvel axe majeur de la gare (nord-sud) et la construction d’un nouveau parking agrandi de 950 places en sous-sol du parc urbain, adapté aux nouveaux besoins de l’arrivée du RER Eole,
– la réalisation d’une coulée verte permettant d’accéder et de mettre en valeur la grande Halle Sulzer situé au Sud,
– la modification du programme de Mantes Université pour accueillir du tertiaire lié à la gare.

Ces orientations impliquent une reprise globale du plan guide initialement élaboré, avec la priorité renforcée de faire du pôle gare, notamment dans sa façade sud, un lieu d’identité du Mantois symboliquement fort. Compte tenu des règles du code des marchés publics, une consultation pour une nouvelle maitrise d’oeuvre a été lancée en janvier 2018, le précédent marché arrivant à son terme.

 


 

L’urbaniste initial du quartier, Bruno Fortier, n’a cependant pas vraiement digéré de se faire évincer par un de ses confrères alors qu’il travaillait sur le quartier depuis 2007, proteste-t-il dans La Gazette en Yvelines, rappelant que Nicolas Michelin était l’adjudicataire de l’étude portant sur le « pôle gare » lancée l’an dernier :

Bruno Fortier affirme n’avoir jamais réussi, malgré diverses tentatives, à obtenir de rendez-vous avec son homologue : « Cette étude a été rendue, je ne la connais pas. » Il y a quelques semaines, il reçoit un courrier de l’Epamsa. « Il dit ‘’Cher Monsieur Fortier, vous avez travaillé admirablement, nous sommes très contents de votre travail, mais nous mettons fin à votre mission’’ », cite l’urbaniste d’une lettre qu’il a toujours en travers de la gorge.

Au même moment, l’Epamsa lance une nouvelle consultation d’urbaniste, au résultat ensuite dévoilé le 14 mars. « Donc je suis viré sans raison, et je pense que le quartier, c’est Nicolas Michelin qui va s’en occuper, estimait l’urbaniste avant le Mipim. La mise en concurrence […] est une manière de désigner Nicolas Michelin. » Bruno Fortier considère comme « déplaisant », « étrange » et « indélicat » le courrier lui signifiant la fin de sa collaboration.

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – EPAMSA / LA GAZETTE EN YVELINESCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Yvelines : loi Macron, les salles d’examen du code de la route se multiplient

Les ouvertures de salles d’examen du code de la route se multiplient depuis l’ouverture à …