Mantes-la-Ville : le maire FN provoquera-t-il des bagarres entre musulmans lors de l’Aïd ?

Certains fidèles et responsables des deux associations cultuelles musulmanes de Mantes-la-Ville craignent que la fête ne dégénère. Les années précédentes, chacune d’elles se voyait proposer une salle distincte célébrer la fin du jeûne du ramadan.

Mais cette année, le maire FN Cyril Nauth leur a fait signer toutes deux une convention d’occupation du même local, pour l’Aïd el-Fitr prévu vendredi ou samedi matin (la date sera fixée ce jeudi par la Grande mosquée de Paris, Ndlr). Pourtant, ces deux associations, El fethe et l’Association mosquée Mantes Sud (AMMS), sont à couteaux tirés depuis la création de la seconde en 2013.

El fethe accuse notamment le président de l’AMMS d’avoir capté à son profit le projet de mosquée qu’elle portait (El fethe l’a récemment fait lourdement condamner en première instance, Ndlr). Alors, pourront-elles organiser ensemble un Aïd au gymnase Aimé Bergeal (photo, habituellement mis à disposition d’El fethe, Ndlr) ?

« Il est impossible de cogérer cet événement le 15 juin, vu les tensions qui règnent entre les trois parties (les deux associations entre elles et avec la mairie, Ndlr) », alerte El fethe dans un communiqué. Une alerte qui avait par ailleurs déjà fait l’objet, par l’association historique de fidèles, d’un courrier de mise en demeure adressé fin mai au maire de Mantes-la-Ville (qui n’y a pas répondu, Ndlr) :

Il apparaîtrait que vous auriez mis à disposition ce même gymnase à l’association des Musulmans de Mantes Sud dans les mêmes termes que la mise à disposition effectuée pour l’association El Fethe.

Il est patent qu’une mise à disposition d’un local ne peut être effectuée que pour une seule entité et ce, pour des raisons évidentes d’organisation, de sécurité et d’assurances. En outre, il ressort des dispositions de l’article L. 2144-3 du code général des collectivités territoriales qu’un refus de mise à disposition de locaux peut être motivé par le maintien de l’ordre public.

Or, il apparait qu’un contentieux existe depuis quelques années, et que la commune connait parfaitement, entre l’association El Fethe et le président de l’association des Musulmans de Mantes Sud, Monsieur Abdelaziz El Jahouari.
[…]
Aussi, le maintien de l’ordre public pourrait être compromis par la mise à disposition à ces deux associations. En conséquence, il n’apparaît pas opportun de mettre à disposition de ces deux associations le même local pour la fête de l’Aïd el-Fitr et ce, pour les raisons ci-dessus évoquées.

 

Car la crainte est ni plus ni moins que ce matin de célébration religieuse ne dégénère entre les fidèles et responsables des deux associations. Est-ce l’objectif poursuivi par le maire FN ? Dans leur courrier, les avocats d’El fethe rappellent en effet que la mairie de Mantes-la-Ville avait envoyé une première réponse positive à l’association le 9 février dernier.

Mais, dans un second courrier le 26 mars, le propos est identique… à l’exception de l’ajout d’un paragraphe que voici, accompagné des coordonnées de l’AMMS :

Afin que vous puissiez co-organiser cette fête sur le même site au gymnase Aimé Bergeal, je vous demanderai de bien vouloir vous mettre en relation avec l’association des Musulmans de Mantes Sud.

SOURCE : TR 78CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Vallée de Seine : le syndicat de l’incinérateur se dégage de toute sa dette toxique

Après 13 ans de tourments, les 15 communes yvelinoises * qui composent le Syndicat intercommunal …