Trois jours sans RER A : les entreprises chargées du chantier du RER E directement visées

Mais que s’est-il passé le lundi 30 octobre, pour qu’une coulée de 25 tonnes de boues dans le tunnel du RER A, porte Maillot à Paris, interrompe la circulation jusqu’au jeudi 2 novembre ? Hier soir, Le Parisien a révélé des extraits du rapport commandé par SNCF réseau à une commission d’experts indépendants et destiné à la ministre des transports.

Les experts blâment très directement le groupement d’entreprises chargé du chantier de prolongement du RER E à l’Ouest de Paris, dit projet Eole, et composé par Bouygues travaux publics, Razel-BEC, Eiffage génie civil, Sefi-intrafor, Eiffage fondations. Une nouvelle gare est en effet en cours de création porte Maillot, à proximité de la ligne du RER A :

« Vers 13 heures, le train de tiges atteint 27 m de profondeur et perfore un voussoir de revêtement de la voûte du RER A, détaille le rapport. Une arrivée d’eau de la nappe phréatique de fort débit (…) a rapidement été signalée dans le tunnel, ce qui a conduit à interrompre la circulation des trains. »

Et la constatation des auteurs experts semble sans appel : « L’absence d’intervention d’un géomètre s’est traduit par une erreur d’implantation qui a suffi pour conduire à l’accident ». « Le choix de la profondeur de ce forage d’essai peut interpeler […] On comprend mal pourquoi ce choix s’est porté sur un site en directe interférence avec le tunnel du RER A. »

 

Quelques jours avant que ne soit dévoilé ce rapport d’expertise, Patrick Jantet, le président de SNCF réseau (maître d’ouvrage du projet Eole, Ndlr), avait déjà pointé la responsabilité des entreprises dans un courrier, rapporte Le Moniteur avec l’AFP :

« La réalisation de ce forage non prévu « n’a fait l’objet d’aucune autorisation préalable », écrivait-il avait à Jean-Philippe Trin, directeur général délégué de Bouygues Construction, maître d’oeuvre. Ce percement sans permis « n’est pas acceptable et engage pleinement votre responsabilité », poursuivait-il.

« Les explications fournies par la maîtrise d’oeuvre et le groupement d’entreprises convergent pour dire que le forage a été réalisé par le groupement à son initiative et sans partage d’information avec la maîtrise d’oeuvre », confirment donc les experts. Et ils ajoutent : « les contrôles intérieurs au groupement, n’ont pas été respectés. »

 
Dans leur rapport, les experts préconisent également un renforcement des contrôles sur les chantiers de ce type, indique Batiactu :

Outre la détermination des responsabilités, ce document devrait permettre de tirer toutes les conséquences de cet incident afin d’éviter qu’il ne se reproduise à l’avenir. De nombreux chantiers vont en effet consteller le sous-sol parisien dans les années qui viennent en relation avec le Grand Paris Express et sa soixantaine de gares.

Les trois experts indépendants consultés pour la rédaction du document recommandent que le maître d’œuvre renforce son contrôle sur les entreprises intervenantes. Des dispositions plus techniques sont également formulées, sur le traitement préalable des terrains qui accueilleront la future gare RER E de la Porte Maillot. Une commission d’experts permanents devrait même être créée en appui à la maîtrise d’ouvrage afin de mieux maîtriser les risques liés à ces travaux souterrains.

SOURCE : LE PARISIEN / AFP – LE MONITEUR / BATIACTUCREDIT PHOTO : SNCF RESEAU

Regardez aussi

Yvelines : grève des transports, les prévisions de la SNCF pour le 6 décembre

Le trafic sera de nouveau perturbé le vendredi 6 décembre sur l’ensemble des réseaux SNCF. …