Sénatoriales : deux élus Modem dissidents interdits par le parti d’afficher leur étiquette politique

Le Modem s’est mis en action pour essayer de limiter les dégâts constitués par la présence de candidats sur trois listes différentes aux élections sénatoriales du 24 septembre. Lundi soir, le conseil départemental du Modem des Yvelines a donc décidé à la quasi-unanimité de sévir contre deux de ses élus qui se présentent sur d’autres listes que celle du maire de Méricourt Philippe Geslan, qui rassemble Modem et UDI départementale (l’UDI nationale soutient la liste LR, Ndlr).

Atika-Hayet Morillon, adjointe à Mantes-la-Jolie (à gauche sur la photo), se présente en effet sur la liste du sénateur sortant Philippe Esnol, tandis que Michel Dupart, conseiller municipal à Poissy, le fait sur la liste LREM. Voici la motion adoptée par le Modem yvelinois, présidé par le député Bruno Millienne (à droite sur la photo). Elle n’ose aller jusqu’à exiger l’exclusion des élus dissidents, mais demande au moins leur révocation des instances dirigeantes :

Le conseil départemental du Mouvement démocrate des Yvelines, réuni le lundi 11 septembre 2017, réaffirme – conformément aux décisions d’investitures de ses instances nationales – son soutien plein et entier à la liste d’union centriste menée par Philippe Geslan dans le cadre des élections sénatoriales de septembre 2017.

Conformément aux statuts nationaux et départementaux du Modem et conformément aux valeurs et principes de loyauté, de fidélité et de confiance qui guident son action, le Conseil départemental du Modem 78 décide de saisir le comité de conciliation et de contrôle et demande à minima la révocation du statut de membre du Conseil départemental pour Monsieur Michel Dupart et Madame Atika-Hayet Morillon, tous deux candidats se revendiquant « Modem » sur des listes concurrentes pour les élections sénatoriales en violation des statuts, règlement intérieur et articles VIII et IX de la charte éthique du Modem.

 
Un courrier avait par ailleurs été envoyé dès le 8 septembre par Yann Wehrling, le secrétaire général national du Modem, à Michel Dupart, pour exiger qu’il ne mette pas en avant son étiquette Modem lors de la campagne électorale. En voici un extrait :

Vous figurez en troisième place sur la liste menée par Monsieur Martin Lévrier aux élections sénatoriales du 24 septembre prochain.

Cette prise de position, faite sans concertation avec les instances nationale et départementale, n’est pas conforme à vos obligations d’adhérent aux termes de nos statuts et règlement intérieur, tout particulièrement des articles VIII et IX de notre charte éthique.

En conséquence, je vous prierais de ne pas vous prévaloir du soutien de notre famille politique et de ne pas en faire usage sur les documents électoraux de votre liste.

Cette demande est communiquée aux responsables de votre féréation départementale.

SOURCE : TR 78CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Carrières-sous-Poissy : Eddie Aït refuse des “alliances de circonstances”

Dans un communiqué de presse publié jeudi 4 juin dans l’après-midi, le candidat à la mairie de Carrières-sous-Poissy Eddie Aït, dénonce des « alliances de circonstances ». Ses déclarations interviennent ainsi peu après l’annonce de la fusion des listes conduites par Khadija Gamraoui et Anthony Effroi.