Poissy : les députés yvelinois prêts à faire payer Karl Olive lors des municipales

Y aura-t-il un candidat LREM face au maire sortant Karl Olive (LR) lors des municipales de 2020 ? Il semblerait que oui puisque certains députés yvelinois du parti présidentiel Florence Granjus et Aurore Bergé en tête sont bien décidés à faire payer à Karl Olive ses appels du pied en direction du président Emmanuel Macron et du Premier ministre Édouard Philippe… et à lui mettre des bâtons dans les roues. Entre rancœur et égo, la bataille des municipales fait rage à Poissy !

En décembre dernier, lorsque le maire (LR) de Poissy prend son téléphone pour interpeller le Président de la République sur la crise des gilets jaunes, le message de Karl Olive est double : l’absence de concertation avec les maires, grands oubliés depuis la présidentielle de 2017, et la déconnection des députés En Marche avec le terrain, ce qui rend le gouvernement « hors-sol ».

S’en est suivi un rendez-vous à l’Élysée avec 15 maires de Génération Terrain, dont Karl Olive est le co-fondateur. Si les trois heures d’échanges nourris et directs ont inspiré le Président avec la naissance du Grand Débat et son tour de France des maires, elles n’ont pas du tout plu aux députés des Yvelines qui vouent depuis une rancœur tenace au maire de Poissy, Aurore Bergé en tête. Au point de vouloir imposer coûte que coûte un candidat En Marche à Poissy lors des prochaines municipales.

Et peu importe les relations amicales de Karl Olive avec Emmanuel Macron et Édouard Philippe (le maire de Poissy est régulièrement invité à la table de Matignon), ce qu’il a fait est considéré par les députés yvelinois comme un crime de lèse-majesté contre eux.

Encore faut-il trouver un candidat. Dans les starting-blocks depuis plusieurs mois avec quelques marcheurs, Philippe Dompeyre, médecin généraliste pisciacais sur le liste de gauche de Frédéric Bernard (PS) en 2014, va devoir passer son tour.

Car Florence Granjus a une autre idée pour rendre la monnaie de sa pièce au maire de Poissy. La députée de la 12e circonscription rêve de Jean-Frédéric Berçot, ancien premier-adjoint, exclu de la majorité en 2016, ancien candidat malheureux aux sénatoriales, ancien président du Sidru.

Berçot, haut fonctionnaire d’État, n’a pas donné sa réponse. S’il est très peu présent à Poissy d’où il a même déménagé, l’ancien premier adjoint droitier n’en a pas moins voté tous les budgets de la ville depuis 2014, encensant même Karl Olive lors du dernier exercice en avril pour sa bonne gestion des deniers publics.

Déjà engluée dans une affaire judiciaire avec ses anciens parlementaires qu’elle surnomme « Bonnie & Clyde » (devenus eux-aussi candidats), la députée Granjus s’offre une nouvelle séquence pisciaciase qui va pimenter les prochaines semaines…

La guerre interne qui sévit à En Marche pour la désignation du candidat aux municipales à Paris fait déjà des petits dans les territoires. Ça promet…

SOURCE : TR78 CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

La Verrière : occupation d’un logement municipal par la maire sortante, saisie du Procureur de la République

Nicolas Dainville, conseiller départemental des Yvelines et conseiller municipal d’opposition, vient en effet de saisir la Procureure de la République de Versailles pour vérifier la légalité d'une situation qui concerne un logement municipal octroyé à Nelly Dutu, maire sortante de La Verrière. Les faits remontent à 2015. L'ancien maire de La Verrière, M. Alain Hajjaj, avait alors pris la décision d'attribuer un logement municipal à Nelly Dutu, simple conseillère municipale à l’époque, en justifiant sa qualité de professeure des écoles.