Mantes-la-Jolie : municipales, le parti socialiste dément une alliance avec des partis de droite

Dans un communiqué du 27 novembre, la Fédération du Parti socialiste (PS) des Yvelines a tenu à démentir tout projet d’union des partis politiques dans une liste de rassemblement.

Ce démenti fait suite à des informations publiées dans la presse, notamment dans le journal Le Parisien. Des articles déclareraient qu’une liste de rassemblement pourrait voir le jour à Mantes-la-Jolie. Cette liste inclurait des personnalités de partis politiques différents (le Parti socialiste, la République en marche, le Modem et l’Udi en l’occurrence).

David Stefanelly, secrétaire de la section socialiste de Mantes-la-Jolie, aurait rejoint cette liste de rassemblement. Le PS a donc tenu à démentir cette information, affirmant qu’aucune alliance entre les partis PS, LREM, Modem et Udi n’était à l’ordre du jour.

La Fédération des Yvelines du parti socialiste tient à préciser, conformément à la décision déjà prise par son conseil fédéral et aux orientations nationales du Parti, qu’il n’existe aucune alliance avec les partis cités.
Dans la perspective des élections municipales, si chacun(e) de nos militant(e)s est bien sûr libre de ses engagements locaux dans des listes de rassemblement associant différentes sensibilités politiques, le Parti socialiste n’accordera toutefois son investiture ou son soutien qu’à des listes de gauche.
Nous ne conclurons aucun accord local avec des partis de droite à la politique desquels nous nous opposons au niveau national. Il s’agit là d’une question de principe et de cohérence.

 

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – PARTI SOCIALISTECREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Second tour à Trappes : Vers un duel Rabeh-Nasrou ?

Trois forces sont en présence pour ce deuxième round électoral : Ali Rabeh, soutenu par Generation.s et le Parti communiste (arrivé en tête du premier tour, avec 37,30 % des voix). L’ex-LR Othman Nasrou en tandem avec le candidat de la société civile Mustapha Larbaoui (27,5 % des voix). Et enfin le maire en titre Guy Malandain, soutenu par LREM mais lâché par le PS (27,1 % des voix).