Coronavirus : La CGT yvelinoise écrit au Medef et à la préfecture

L’union départementale des Yvelines de la CGT fait part de ses inquiétudes pour les salariés pendant cette pandémie de Coronavirus. Dans un courrier envoyé le 24 mars au Medef des Yvelines, à la préfecture de Yvelines, à l’Agence régionale de santé (ARS) et à la Direction régionale des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l’emploi (Direccte), le secrétaire générale de la CGT des Yvelines, Sonia Porot, met en lumière plusieurs « situations préoccupantes » de salariés dans le département et exige « la fermeture de toute activité professionnelle qui ne relève pas de missions essentielles ».

Cela va faire une semaine qu’il a été demandé à la population de rester chez elle et de ne sortir que dans le cadre des cas dérogatoires prévus, pour ralentir et si possible endiguer l’épidémie de Covid-19, restriction de liberté encore rappelée par le premier ministre ce lundi 23 mars. Force est de constater de très fortes disparités dans l’application de ces mesures concernant le monde du travail.

Concernant les collectivités, si l’union départementale de la CGT estime que les « grosses » ont « pris la mesure de l’enjeu et seuls les agents des missions essentielles ont été maintenus à leur poste », avec « dans la mesure du possible, du matériel de protection » à disposition, ce ne serait « pas le cas pour toutes les petites collectivités ».

Dans les entreprises privées, la lutte contre le Covid-19 n’est pas toujours une priorité, phénomène certainement encouragé par les discours de certains ministres. Ainsi, beaucoup font passer leurs intérêts économiques avant la santé, celle de tous, celle de leurs salariés en premier lieu. Nous réitérons notre exigence de la fermeture de toute activité professionnelle qui ne relève pas de missions essentielles.

Par ailleurs, alors qu’une prolongation du confinement est souvent évoquée, la CGT des Yvelines demande « que les entreprises maintiennent le salaire à 100 %, contrats précaires et intérimaires inclus », afin que les salariés puissent continuer de payer leurs charges habituelles « avec un salaire amputé ». La CGT s’inquiète également de la situation dans les Ehpad, alors que 14 résidents seraient décédés et que sept salariés seraient contaminés et confinés chez eux dans un établissement de Saint-Germain-en-Laye.

L’accès aux masques pour le personnel des EHPAD, comme pour les ambulanciers, travailleurs du social et du médico-social, doit être assuré tout autant que pour les travailleurs de la santé stricto sensu. Il est impératif de protéger celles et ceux qui prennent soin des autres et plus largement celles et ceux qui prennent des risques pour assurer des missions essentielles. Nous pensons notamment aux salarié.es du commerce, où nous avons eu une remontée d’un encadrant refusant à une salariée de porter un masque ! Le secteur du nettoyage est également un secteur où les salariés sont peu informés par leurs employeurs et peuvent travailler sur plusieurs sites par jour, parfois très éloignés de leur domicile.

L’union départementale demande donc à ce que la préfecture face un point sur la situation aux organisations syndicales « et que des moyens pour échanger, remonter des situations préoccupantes ou poser des questions soient mis en place ».

SOURCE : Communiqué de la CGT78CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Yvelines : réouverture des antennes de logement social de GPSEO à Magnanville et Mantes-la-Jolie

Les deux antennes de logement social de Grand Paris Seine et Oise ont rouvert partiellement depuis mardi 2 juin à Mantes-la-Jolie et Magnanville. Les administrés peuvent désormais s’y rendre, en respectant strictement le nouveau protocole sanitaire mis en place.