Coronavirus : jusqu’à 3 750 euros d’amende en cas de trois non-présentations de l’attestation

Dimanche 22 mars, l’état d’urgence sanitaire a été adopté par le Parlement, pour une durée de deux mois. Lié à la crise du coronavirus Covid-19, il prévoit notamment de nouvelles sanctions en cas de récidive de non présentation d’une attestation de déplacement dérogatoire.

De nouvelles sanctions entrent en vigueur à partir de ce lundi 23 mars. Dimanche 22 mars, le Parlement a adopté le projet de loi “d’urgence pour faire face à l’épidémie de Covid-19” et déclare l’état d’urgence sanitaire pour une durée de deux mois sur le territoire français.

Parmi les mesures que contient ce projet de loi, le durcissement des sanctions concernant la non-présentation de son attestation de déplacement dérogatoire, actuellement de 135 euros, majorée à 375 euros.

Désormais pour le contrevenant, l’amende passant à 1 000 euros en cas de récidive dans les quinze jours, soit un montant correspondant aux contraventions de cinquième classe. Mais ce montant peut encore grimper :

Si les violations prévues au troisième alinéa du présent article sont
verbalisées à plus de trois reprises dans un délai de trente jours, les faits sont
punis de six mois d’emprisonnement et de 3 750 € d’amende ainsi que de la
peine complémentaire de travail d’intérêt général.

SOURCE : PROJET DE LOI – ACTU.FRCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Yvelines : réouverture des antennes de logement social de GPSEO à Magnanville et Mantes-la-Jolie

Les deux antennes de logement social de Grand Paris Seine et Oise ont rouvert partiellement depuis mardi 2 juin à Mantes-la-Jolie et Magnanville. Les administrés peuvent désormais s’y rendre, en respectant strictement le nouveau protocole sanitaire mis en place.