Yvelines : après la mini-marée noire, sept associations de l’environnement portent plainte contre X

Elles ont décidé de tirer la sonnette d’alarme. Le 23 avril 2019, sept associations de défense et de protection de l’environnement ont porté plainte contre X à la suite de la rupture du pipeline de la société Total reliant Le Havre (Seine-Maritime) à la raffinerie de Grandpuits (Seine-et-Marne).

Pour rappel, le 24 février 2019, une fuite d’hydrocarbure a provoqué une mini-marée noire sur les communes de Boissy-sans-Avoir, Vicq et Autouillet. Ce jour-là, plus de 900 m³ de pétrole brut se sont déversés sur près de 8 ha de terres agricoles.

La matière organique s’est également répandue dans les rus proches qui alimentent la Mauldre, un affluent de la Seine et où vivent des espèces protégées. Une pollution qui porte gravement atteinte à l’environnement, selon les associations concernées :

Sept associations ont porté plainte conjointement, en date du 23 avril 2019 : FNE Yvelines (Fédération départementale de France Nature Environnement dans les Yvelines) ; Jade (Collectif de Jonction des Associations de Défense de l’Environnement du canton de Montfort-l’Amaury et de ses environs, regroupant 20 associations) ; Sauvons les Yvelines (Collectif regroupant des élus, des agriculteurs, des associatifs et des particuliers) ; FNE Ile-de-France (Fédération régionale IDF de France Nature Environnement) ; FNE (France Nature Environnement national) ; Eparche (Association d’Etudes, Protection, à Auteuil-le-Roi et environs, du Cadre de vie, de l’Habitat, et de l’Environnement) ; Atena 78 (Association Terroir et Nature en Yvelines).

A de nombreuses questions, la Préfecture invoque le secret de l’instruction de l’enquête judiciaire confiée à monsieur le procureur de la République de Versailles, ou un “périmètre réservé”. En raison de cette situation, les associations ont décidé à l ’unanimité de porter plainte contre X, afin de pouvoir accéder au contenu du dossier et préserver leurs droits.

Les associations demandent aussi davantage de transparence, elles souhaitent avoir accès à des informations plus précises. L’incident lors de la visite du chantier de dépollution en date du 10 avril (visite du chantier annulée à la dernière minute par Total) n’a fait que conforter les associations dans le bien fondé de leur démarche.

En complément, les associations ont adressé une demande de LRE (Loi Responsabilité Environnementale) à monsieur le préfet des Yvelines, Jean-Jacques Brot, le 23 avril 2019, ainsi qu’une demande de transmission de documents administratifs.

Le Collectif dispose aussi de l’appui de Greenpeace Versailles, et d’autres associations présentes sur le terrain et très actives, ainsi que des AMAP, des agriculteurs…

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSECREDIT PHOTO : SERVICE COMMUNICATION SDIS 78

Regardez aussi

Yvelines : le département recherche ses éco-garde bénévoles

Le département des Yvelines recherche des éco-gardes bénévoles chargé de protéger son patrimoine naturel. Cette …