Yvelines : 15 000 foyers à l’ADSL amélioré en 2018, puis la fibre pour tous d’ici fin 2020

Alors qu’Orange et SFR sont chargés de déployer les très haut débit par fibre optique dans les communes de la zone d’initiative privée (et doivent avoir terminé fin 2020 d’après les contrats signés avec l’Etat, Ndlr), le conseil départemental est chargé par l’Etat de le faire pour une centaine de 104 communes plus rurales.

Après un premier plan de couverture publique à 100 % d’ici 2020, annulé par Pierre Bédier lors de son retour à la tête de l’institution départementale, un second plan a été élaboré, consistant à apporter la fibre optique à 50 communes d’ici 2020, tandis que 54 bénéficieraient d’un rapprochement de l’abonné des centraux ADSL (les NRA, Ndlr), puis de la fibre optique d’ici à 2025.

Suite à la signature cette année, entre le conseil départemental et l’opérateur privé TDF, d’un contrat de couverture à 100 % des 104 communes en fibre optique d’ici fin 2020, cette « montée en débit » a été conservée pour 45 communes dans ce troisième plan de déploiement. Leurs habitants devraient bénéficier de débits qui, loin d’être équivalents à ceux de la fibre optique, seront néanmoins décuplés par rapport à ceux qu’ils connaissent actuellement.

Les 45 communes concernées par la « montée en débit » verront les nouveaux NRA être mis en service au premier semestre 2018, tout en bénéficiant également de la fibre optique d’ici fin 2020 comme les 60 autres. Le conseil départemental s’en réjouit, dans un communiqué envoyé suite à l’inauguration du nouveau NRA de Bazemont :

Mardi 7 novembre, le conseil départemental des Yvelines, le syndicat Yvelines numériques, la Communauté de communes de Gally-Mauldre et la municipalité de Bazemont inaugurent la mise en place de la première armoire de Montée en débit des Yvelines, à Bazemont.

Karl Olive, vice-président du conseil départemental des Yvelines délégué au haut débit et à la communication, Laurent Richard, conseiller départemental, président de la Communauté de communes de Gally-Mauldre et maire de Maule, ainsi que Jean-Bernard Hetzel, maire de Bazemont, se sont retrouvés mardi 7 novembre, place de l’Eglise, afin d’inaugurer la première armoire de Montée en débit (MED) du département.

Cet événement marque une étape majeure dans le déploiement de la Montée en débit avant l’activation par Orange, prévue mi-février 2018. La MED consiste à apporter la fibre optique jusqu’à la commune, et à continuer d’utiliser le réseau cuivre téléphonique traditionnel sur les derniers mètres jusqu’à l’abonné, les plus coûteux à réaliser.

Cette technologie de transition permettra à la population de Bazemont, et par la suite à 44 autres communes (près de 15 000 foyers) d’accéder au très haut débit en attendant le déploiement de la fibre optique.

La performance attendue à l’issue du déploiement sera comprise entre 20 Mbps et 50 Mbps, soit 10 à 50 fois supérieure au débit actuel (selon l’état du réseau cuivre). Les usagers et les professionnels pourront accéder aux offres « triple play » (appels illimités + TV HD + Internet), au travail à distance, au téléchargement de fichiers lourds, etc.

Karl Olive s’est félicité de cette avancée : « Le Département se donne aujourd’hui les moyens de mener une politique numérique innovante et ambitieuse pour que, demain, l’ensemble du territoire puisse profiter des avantages du numérique ». Le déploiement du réseau de Montée en débit est financé à 100 % par le conseil départemental des Yvelines.

A compter de fin 2020, les communes éligibles à la MED bénéficieront du déploiement du FTTH (Fiber to the home), effectué par TDF sur la zone d’initiative publique des Yvelines. Cet opérateur a été choisi en juin dernier au terme d’une procédure d’appel à manifestation d’engagement d’investissement unique en son genre, et effectuera ce déploiement sans aucun recours au financement public.

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES YVELINESCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Mantes-la-Jolie : un repreneur pour Dunlopillo, 90 emplois sur 180 conservés

Placée en liquidation judiciaire en décembre, l'entreprise de fabrication de matelas Dunlopillo, possédant des sites à Mantes-la-Jolie et Limay, a trouvé un repreneur : Finadorm.