Vallée de Seine : trois hôpitaux ont une nouvelle directrice (contre l’avis des élus)

Ils n’ont pas eu gain de cause auprès de l’Agence régionale de santé (ARS). Vendredi dernier, les maires, médecins, présidents de conseil de surveillance des hôpitaux de Poissy-Saint-Germain-en-Laye et de Mantes-la-Jolie, réclamaient le maintien de l’actuel directeur par intérim, Sylvain Groseil. Celui-ci opérait depuis le départ de Michaël Galy en septembre dernier, rapporte La Gazette en Yvelines :

« On a été prévenu il y a quelques semaines par l’ARS qu’on devait signaler et signifier le choix du futur directeur qui viendrait coiffer à la fois Poissy, Saint-Germain et Mantes », indique Karl Olive (DVD), maire de Poissy et président du conseil de surveillance de l’hôpital de Poissy-Saint-Germain-en-Laye. S’ils ont reçu chacun des six candidats, le 22 février, les trois maires ont envoyé un courrier au directeur général de l’ARS d’Île-de-France pour demander un choix alternatif, chacun plaidant cette cause au téléphone.

« Au niveau politique, ça fait 20 ans qu’on attend d’avoir un outil ‘’digne de ce nom’’, on a été baladés, les uns et les autres, et souvent par ailleurs à cause de conflits politiques, détaille le docteur Stéphane Hazan, président de la Commission médicale d’établissement (CME), l’instance de représentation des médecins, de l’hôpital mantais (il est aussi maire SE de Lainville-en-Vexin, Ndlr). Aujourd’hui, il y a une stabilité, et on souhaite continuer à être sur cette même unité. » Avec son homologue pisciacaise Jacqueline Selva, il a envoyé un courrier commun en ce sens à l’ARS.

 

Mardi 6 mars, la Commission administrative paritaire nationale (CAPN) des directeurs d’hôpitaux en a cependant décidé autrement, en choisissant plutôt l’un des six candidats initialement proposés, rapporte le site internet spécialisé Hospimedia :

Côté chefferies, cette séance a notamment validé l’arrivée d’Isabelle Leclerc, en provenance du CHI de Montreuil (Seine-Saint-Denis), à la tête du CHI de Poissy-Saint-Germain et du CH de Mantes-la-Jolie (Yvelines), tous deux étant sous direction commune. Contrairement à ce que réclamaient avec insistance sur place élus et médecins, ce n’est donc pas la piste de l’actuel directeur adjoint de l’établissement, en charge de l’intérim depuis septembre, qui a été privilégiée.

 

Mais, à l’inverse de ce qu’indiquait Hospimedia dans un article diffusé vendredi dernier, ce n’est pas non plus la directrice du centre hospitalier de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) qui a été choisie. « L’opposition locale à sa venue semble donc avoir eu raison des souhaits de l’ARS Île-de-France », précise le site spécialisé.

Suite à la divulgation de son nom comme candidate en pôle position pour une nomination à la direction commune de ces trois hôpitaux de vallée de Seine, Yolande Di Natale a par ailleurs envoyé un communiqué de presse par l’intermédiaire de l’hôpital qu’elle dirige, rapporte ce mercredi Hospimedia :

Dans un communiqué diffusé par l’hôpital dionysien, elle ne cache pas que certains propos tenus à son encontre s’avèrent “pour le moins approximatifs” s’agissant du travail réalisé à l’échelon du groupement hospitalier de territoire (GHT) Plaine-de-France : ce dernier associe, avec Saint-Denis comme hôpital support, le centre hospitalier de Gonesse (Val-d’Oise), non sans susciter certaines tensions dans la gouvernance avec les élus locaux valdoisiens.

SOURCE : HOSPIMEDIACREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Poissy : il téléphone au volant et cause un accident

L’accident aurait pu être plus grave ce dimanche 10 juin. Il est environ 15 h …