Vallée de Seine :  le PLUi de GPSEO « sera l’objet de toutes les discussions », promet son président Philippe Tautou

Après l’adoption du second arrêt du plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) en conseil communautaire le 9 mai dernier, place désormais à l’enquête publique qui doit démarrer le 5 juin pour se terminer le 17 juillet.

Les habitants auront 43 jours pour faire part de leurs remarques, commenter ou questionner le PLUi tel qu’il est arrêté aujourd’hui.

« On ouvre la porte à toutes les discussions. On va pouvoir donner la parole à plus de 400 000 habitants pour qu’ils puissent construire leur avenir sur le territoire », explique Philippe Tautou, le président de la communauté urbaine (LR).

A compter du 5 juin, vous aurez 43 jours, soit jusqu’au 17 juillet, pour vous exprimer sur le plan local d’urbanisme intercommunal (PLUi) de la communauté urbaine Grand Paris Seine et Oise. Lancé en avril 2016, ce projet, qui concerne 73 communes et 408 000 habitants, vise à « garantir un développement cohérent d’est en ouest, en phase avec les spécificités locales et le respect des équilibres entre le développement de l’attractivité économique et la préservation des espaces naturels et agricoles », indique-t-on à GPSEO.

Lors du conseil communautaire du 11 décembre 2018 à Gargenville, le vote du premier arrêt du plan local d’urbanisme intercommunal a été adopté par 67 voix pour, 41 abstentions et 17 contre. Si ce premier arrêt a été validé, de nombreux élus dont certains membres de l’exécutif eux-mêmes y ont mis une condition, celle de voir leurs remarques prises en compte lors du vote du second arrêt. Celui-ci a été adopté par le conseil communautaire le jeudi 9 mai 2019 à la majorité qualifiée par 97 voix pour, 11 contre et 16 abstentions.

Place désormais à l’enquête publique du 5 juin au 17 juillet. « Chacun doit pourvoir commenter, questionner, conforter les choix qui ont été faits pour ce document de référence qui encadrera à terme tous les projets menés sur les 73 communes du territoire, par des particuliers comme par des professionnels », annonce GPSEO.

« Pour le moment nous avons travaillé pendant plus de deux ans avec les communes. Désormais, on ouvre la porte à toutes les discussions et à une meilleure compréhension de la part de nos citoyens. C’est une large consultation, confie Philippe Tautou. On va pouvoir donner la parole à plus de 400 000 habitants pour qu’ils puissent construire leur avenir sur le territoire. Il y a tout un système qui a été mis en place pour pouvoir recueillir l’avis de nos concitoyens », poursuit le président LR de la communauté urbaine, également maire de Verneuil-sur-Seine.

Ainsi, le dossier PLUi arrêté en conseil communautaire sera consultable par voie dématérialisée, mais aussi en version papier :

  • en ligne à tout moment sur http://plui-gpseo.enquetepublique.net
  • en version papier sur 11 sites désignés « lieux d’enquête » : au siège de l’enquête à Carrières-sous-Poissy (100 avenue Vanderbilt) et dans les mairies de Conflans-Sainte-Honorine, Ecquevilly, Epone, Gargenville, Les Mureaux, Magnanville, Mantes-la-Jolie, Meulan-en-Yvelines, Poissy et Triel-sur-Seine.

Les observations pourront être inscrites du 5 juin au 17 juillet :

  • sur le registre d’enquête en ligne à tout moment sur http://plui-gpseo.enquetepublique.net
  • sur l’un des 75 registres d’enquête papier mis à disposition dans les 73 mairies ainsi qu’aux siège de l’enquête (100 avenue Vanderblit à Carrières-sous-Poissy) et de la communauté urbaine (immeuble Autoneum, rue des Chevries, à Aubergenville)
  • par mail à plui-gpseo@enquetepublique.net
  • par courrier postal adressé à M. Jean-Pierre Chaulet, président de la commission d’enquête – CU GPSEO – rue des Chevries, à Aubergenville.

Pour échanger de vive voix avec les commissaires-enquêteurs, 90 permanences seront organisées durant les 43 jours d’enquête. Pour permettre au plus grand nombre de participer à cette étape, chacune des 73 communes accueillera au moins l’un des 90 permanences.

Une fois l’enquête close, la commission d’enquête, nommée par le tribunal administratif, qui encadre ce temps d’information et d’échanges, doit rédiger un rapport. Elle devra recenser les observations formulées par la population, à charge pour la communauté urbaine, en collaboration avec les communes, d’y répondre.

GPSEO devra ensuite préparer les évolutions à apporter au PLUi avant son approbation en fin d’année. « Le document qui sera soumis au vote en décembre 2019 pourrait être sensiblement différent de celui d’aujourd’hui. C’est le seul moment au cours duquel on peut apporter des changements. A la suite de l’enquête publique, il y aura un travail à faire entre les remarques des citoyens, ce que les maires voudront ou non, et nous, ce qui nous semble compatible avec un PLUi », avance Philippe Tautou.

Il poursuit : « Ce que je souhaite c’est que quand tout le monde se sera exprimé, on puisse faire la part des choses. Nos concitoyens quand ils vont venir voir le commissaire-enquêteur, ils vont vouloir avant tout défendre leurs propres intérêts, chacun va venir exposer son cas personnel. Ce qui va être intéressant, c’est de confronter ces intérêts particuliers avec l’ambition que l’on porte pour le territoire et l’intérêt général. Il va falloir avoir une approche pédagogique et après, on tranchera. »

SOURCE : TR78 CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Trappes : Mustapha Larbaoui et Othman Nasrou s’allient en vue des municipales

Othman Nasrou (DVD) et Mustapha Larbaoui (SE) proposeront une liste commune pour les prochaines élections …