Triel-sur-Seine : la Région ne financera pas le port, écolos et radicaux s’attribuent le mérite

Les près de quatre millions d’euros initialement dévolus par le conseil régional d’Île-de-France au port industriel de Triel-sur-Seine et Carrières-sous-Poissy ont été retirés ce jeudi 15 mars. Un amendement proposé par le conseiller régional MR et ancien maire de Carrières-sous-Poissy Eddie Aït, proposant l’annulation de ces crédits, a en effet été accepté, lors de la séance plénière d’hier, par l’exécutif régional.

Ce projet d’Eco-port est censé être construit à l’emplacement d’une marina de plaisance en activité (photo), mais il a déjà fait l’objet, en janvier, d’une annulation de sa déclaration d’intérêt général devant le tribunal administratif (la préfecture a fait appel de la décision, Ndlr). Dans un communiqué, Eddie Aït se félicite de l’adoption de sa demande de retrait du soutien financier du conseil régional d’Île-de-France :

Suite à l’annulation le 11 janvier 2018, par le tribunal administratif de Versailles, de l’arrêté préfectoral autorisant la construction de l’Eco-port industriel de Triel-sur-Seine, le président du groupe RCDEC – le rassemblement au conseil régional d’Île-de-France, Eddie Aït, avait réclamé le désengagement financier de la Région sur ce projet.

Un engagement financier de près de 4 millions d’euros prévus au Contrat de plan État-Région (CPER). L’actuel conseiller municipal et ancien maire de Carrières-sous-Poissy, se « félicite d’une mobilisation qui a porté ses fruits. Nos arguments ont été entendus. »

« La réponse de l’exécutif régional, par la voix de son vice-président, à notre amendement réclamant cette décision, défendu le 15 mars en séance plénière, a été positive. La Région a pris l’engagement de rapidement se désengager de ce projet qui soulevait énormément d’inquiétudes. Nous serons attentifs à la bonne mise en oeuvre de cet engagement. »

 

Mais le conseiller régional radical n’est pas le seul à s’attribuer la paternité de ce retrait de financement… le groupe écologiste au conseil régional a ainsi également diffusé un communiqué, dans lequel ses élus se réjouissent d’avoir « obtenu » cette victoire pour les opposants au projet de port industriel :

Les élu-es du groupe Alternative écologiste et sociale ont, ce jour, obtenu que le conseil régional d’Île-de-France annonce son retrait des financements du Port de Triel-sur-Seine. Après l’annulation, par le tribunal administratif de Versailles du projet de port industriel de retraitement de déchets sur les communes de Triel-sur-Seine et Carrières-sous-Poissy, cette annonce est un autre pas en avant pour l’environnement.

Par un jugement particulièrement motivé le 11 janvier dernier, les juges de la Cour administrative de Versailles ont sévèrement sanctionné le projet de l’établissement public Haropa Ports de Paris en annulant la déclaration d’intérêt public, prise par Ports de Paris et l’arrêté du préfet des Yvelines, sur la création de cette plateforme portuaire.

Les élu-es du groupe AES saluent la décision des magistrats, ainsi que le travail des associations locales de protection de l’environnement, qui ont su mener ce combat dans l’intérêt des populations et de l’environnement.

Si notre groupe politique a toujours été pour le développement d’un port à taille humaine permettant de favoriser le transport de marchandises alternatif à la route, le projet apparaissait surdimensionné et à contre-courant des objectifs environnementaux.

C’est d’ailleurs ce qui avait conduit les élu-es EELV à déposer en 2015 une motion de renvoi de la délibération prévoyant le financement du projet par la Région, à hauteur de près de 4 millions d’euros et à demander de nouvelles études d’impact sanitaire et environnemental.

« Le tribunal administratif a annulé ce projet sur un motif grave : l’insuffisance de l’étude d’impact sur la pollution de l’air, le bruit et sur les milieux naturels, rappelle Ghislaine Senée (EELV, maire d’Evecquemont, Ndlr). Sans vision claire des activités à venir, une analyse des effets de l’exploitation du port urbain sur l’environnement, notamment les nuisances paysagères, sonores et les impacts négatifs sur le milieu naturel ne peuvent être correctement évalués et par conséquent traités. En l’état, ce projet n’est pas soutenable. »

« Le projet de port de Triel n’est pas mentionné dans la carte de synthèse du système logistique francilien, présenté le 15 mars prochain à la Région lors du débat sur le fret et la logistique, preuve qu’il n’est donc pas stratégique à l’échelle régionale. C’est pourquoi nous avons réaffirmé notre opposition ce jour. L’annonce par le vice-président aux Transports de la Région du retrait de ses financements est donc une bonne nouvelle pour nous, » complète Ghislaine Senée.

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – EDDIE AÏT / COMMUNIQUÉ DE PRESSE – GROUPE AES CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Flins-sur-Seine : Renault annonce doubler la production de sa Zoe électrique

Près de 30 000 citadines électriques Zoe (photo) sont sorties des chaînes de l’usine Renault …