Triel-sur-Seine : vente du parc communal pour des logements, il exige un référendum et appelle à manifester

Conseiller municipal d’opposition à Triel-sur-Seine, Philippe Paillet (SE) et son groupe, Réagir pour Triel, sonnent à nouveau la révolte contre le projet de la majorité d’ériger une résidence de 160 logements en lieu et place du parc municipal fermé en 2015 en vue de la vente du terrain (photo).

Apprenant que l’autorisation de vente serait votée ce jeudi soir en conseil municipal, il exige un référendum et appelle les habitants à venir manifester leur réprobation à l’assemblée des élus. Sur la parcelle de 14 105 m², vendue 4 millions d’euros au promoteur immobilier Pichet, 160 logements dont 48 sociaux doivent voir le jour, selon le projet de délibération :

Nous venons de découvrir, en recevant le détail des délibérations du conseil municipal prévu jeudi le 21 septembre 2017, une délibération concernant notre parc.

Le maire demande l’autorisation du conseil municipal pour vendre ce bel espace commun à un promoteur, qui fait essentiellement de la « défiscalisation ». Or, le prix n’a même pas été évoqué avec les élus et là, surprise : au prix du mètre carré constructible, il est vendu moins cher que le mètre carré constructible aux Mureaux.

De plus, cela n’a jamais été présenté, à la commission urbanisme » dont font partie Alain Gelot et Philippe Paillet. Tout a été fait en catimini ! Un procédé qui laisse songeur, tout comme les relations de certains élus avec des promoteurs (tiens, tiens, toujours le même cabinet d’architectes).

Ne laissons pas faire cette vente ! Si vous êtes contre cette décision, merci de venir assister au conseil et nous soutenir : nous demanderons la tenue d’un référendum contre ce projet.

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – RÉAGIR POUR TRIELCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Carrières-sous-Poissy : Eddie Aït refuse des “alliances de circonstances”

Dans un communiqué de presse publié jeudi 4 juin dans l’après-midi, le candidat à la mairie de Carrières-sous-Poissy Eddie Aït, dénonce des « alliances de circonstances ». Ses déclarations interviennent ainsi peu après l’annonce de la fusion des listes conduites par Khadija Gamraoui et Anthony Effroi.