Saint-Germain-en-Laye : la forêt menacée par le dépérissement de ses chênes

La municipalité saint-germanoise annonce le lancement, demain à 10 h 30 à l’hôtel de ville, d’une grande journée dédiée aux institutions liées à la forêt de Saint-Germain-en-Laye, des communautés d’agglomération au Département en passant évidemment par l’Office national des forêts. Ce dernier a réalisé une étude en 2016 sur la forêt, elle sera présentée à cette occasion.

En effet, la mairie s’affiche très inquiète pour l’avenir d’un massif forestier qui souffre toujours des dégâts de la tempête de 1999, mais aussi de sa fréquentation élevée par trois millions de promeneurs annuels, pas toujours très soigneux de la nature.

Ils sont ainsi à l’origine de 142 tonnes de déchets annuellement, ramassés pour 80 000 euros au sein des 3 532 ha de bois. Les dépenses d’entretien du massif s’élèvent au total à 246 000 euros :

La forêt se remet difficilement de la tempête de 1999, qui a eu un effet dévastateur : des milliers de sujets sont tombés. Le patrimoine naturel peine toujours à s’en relever, les sujets adultes ne permettent plus une régénération spontanée.

Celle-ci est fortement affectée par le dépérissement du chêne qui constitue 45 % du massif. Le constat est alarmant : 21 % des arbres ont perdu plus de 50 % de leur feuillage et connaissent parfois une perte de leur faculté fructifère et 24 % du territoire ont besoin de plantations, soit 846 hectares !

Notre forêt est également fragilisée par sa très grande fréquentation et l’incivilité de certains promeneurs. Les dépôts sauvages en sont un exemple.

Soucieuse de soutenir et d’accompagner sa défense comme son développement, la gestion durable de ses ressources comme de sa faune, la Ville souhaite inviter tous les acteurs attentifs au devenir du massif forestier : l’ONF qui en assure la gestion, la préfecture, la Région Île-de-France, le Département des Yvelines, les deux communautés d’agglomération CASGBS et GPS&O et les maires des villes voisines.

Cette première réunion est une étape fondatrice au cours de laquelle le directeur de l’agence Ile-de-France de l’Office national des forêts, Michel Beal, présentera l’étude conduite en 2016 sur le massif forestier et les propositions d’amélioration.

Son objectif : définir les thématiques des groupes de travail (associations et citoyens y seront associés) chargés d’élaborer une charte d’actions chiffrée, pour une signature par tous les partenaires lors des assises du printemps 2018.

Pour la pérennité du massif forestier et la préservation de l’écosystème naturel, Arnaud Péricard (DVD), maire de Saint-Germain-en-Laye, souhaite agir et mobiliser au plus vite l’ensemble des parties intéressées.

 
Un plan d’action doté de trois millions d’euros devrait être mis en place :

77 km de pistes cavalières à rénover
Sentiers balisés de découverte à mieux identifier
Pistes cyclables hétérogènes, créer 27 km de boucles cyclables
Étang du Corra, 16 ha à grande valeur patrimoniale, à requalifier
Aires d’accueil & de stationnement à rénover
15 entrées de la forêt à valoriser
Envisager un reboisement ambitieux pour reconstituer les zones touchées
Lancer une étude écologique des points d’eau, marqueurs de la diversité des espèces

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – MAIRIE DE SAINT-GERMAIN-EN-LAYECREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Mantes-la-Ville : le maire FN provoquera-t-il des bagarres entre musulmans lors de l’Aïd ?

Certains fidèles et responsables des deux associations cultuelles musulmanes de Mantes-la-Ville craignent que la fête …