Saint-Germain-en-Laye : qualité de l’air, une école teste la ventilation naturelle par aération

L’école Marie Curie de Saint-Germain-en-Laye a expérimenté la ventilation naturelle par aération pour une étude sur l’amélioration de la qualité de l’air à l’école.

Comme l’explique la société Velux dans le communiqué de presse, cette expérimentation rentre dans le cadre de nouvelles obligations légales concernant le respect de l’environnement dans le milieu scolaire, et visant à augmenter les bâtiments à faible empreinte carbone.

A la rentrée 2019, plus de 6 millions d’élèves rejoindront les salles de classe où ils passeront en moyenne 6 h/jour, dans des endroits clos. Dans le contexte de l’entrée en vigueur, depuis le 1er janvier 2018, de l’obligation du contrôle de la qualité de l’air dans les établissements scolaires, et en prévision de la réglementation environnementale 2020 ayant pour objectif de généraliser les bâtiments à énergie positive et à faible empreinte carbone, la question de la qualité de l’air intérieur que respirent nos enfants à l’école est plus que jamais d’actualité.

Un établissement scolaire de la région parisienne – l’école primaire Marie Curie à Saint-Germain en-Laye (Yvelines) – a récemment mené des tests concluants concernant l’impact de la ventilation naturelle par simple aération – via l’ouverture motorisée des fenêtres de toit – sur l’amélioration de la qualité de l’air des salles de classe. Une expérience initiée par la société Velux France, acteur engagé dans le domaine des bâtiments durables, menée conjointement avec la mairie et le cabinet Medieco conseil & formation, spécialiste des questions de santé dans le bâtiment.

 
Cette expérience valide une étude déjà menée en 2016 dans une école maternelle dans la Manche, montrant notamment les bénéfices d’une ventilation naturelle sur l’environnement mais aussi sur les performances scolaires des enfants.

A l’instar d’une première expérimentation conduite en 2016 par l’école maternelle de Marcey-les-Grèves (Manche), les résultats de ce test se sont révélés très positifs. Il confirme d’une part l’efficacité d’une aération ponctuelle et maîtrisée pour le maintien d’un air de qualité tout au long de la journée, et d’autre part la complémentarité entre ventilation mécanique et ventilation naturelle. A noter : selon diverses études internationales, une bonne qualité d’air permet aux élèves d’augmenter leurs performances scolaires de 14 %, notamment en calcul.

 
De ces deux expériences menées dans des établissements aux architectures différentes, Velux ressort plusieurs enseignements quant à l’utilisation optimale de la ventilation naturelle.

Efficacité de l’ouverture ponctuelle automatique des fenêtres de toit à plusieurs moments-clés de la journée pour écrêter les pics de pollution:
-Pendant les récréations : l’ouverture des fenêtres pendant 15 minutes durant la récréation peut réduire jusqu’à 50 %6 les pics de concentration de CO2 obtenus avant la pause
[…] 
-Après une activité émissive : moins de 10 minutes d’ouverture des fenêtres de toit suffisent à décontaminer l’air des salles de classe après une activité émissive

Complémentarité entre ventilation mécanique et ventilation naturelle ponctuelle:
-Avant l’arrivée des enfants : le système de ventilation mécanique ne fonctionnant pas la nuit, l’ouverture des fenêtres le matin avant l’arrivée des enfants permet d’évacuer les Composés organiques volatils (COV) émis pendant la nuit (par les matériaux et mobiliers de la classe notamment) ou les pics liés aux activités de la veille (ménage, activités scolaires)
-Des séquences d’ouverture ponctuelle et automatique des fenêtres, réparties tout au long de la journée, permettent de réduire jusqu’à 25 % le temps passé au-dessus du seuil recommandé de 1 000 ppm de CO2 pendant les temps de classe, par rapport à une journée sans ouverture des fenêtres.

 

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – VELUXCREDIT PHOTO : ILLUSTRATION/TR 78

Regardez aussi

Yvelines : un appel à projets lancé pour aménager la boucle de Chanteloup

L’établissement public d’aménagement du Mantois Seine aval (EPAMSA) a lancé un appel à projets pour …