Mantes-la-Ville : le maire FN veut leur sucrer 11 jours de congés, la CGT appelle à des débrayages

Dans un communiqué de presse envoyé ce lundi, le maire FN de Mantes-la-Ville, Cyril Nauth (photo), annonce vouloir supprimer 11 jours de congés supplémentaires de ses agents municipaux. Il répond en fait à un appel de la CGT pour des débrayages de 10 h 30 à 13 h 30 en guise de protestation :

Le syndicat CGT territoriaux de Mantes-la-Ville a déposé le 15 septembre 2017 un préavis de grève couvrant la période du 21 septembre au 28 septembre, sous forme de débrayage de 10 h 30 à 13 h 30. Le motif de ce mouvement est le « retrait du projet qui vise à supprimer les 11 jours de congés supplémentaires » dans le cadre du retour au temps de travail légal de 1 607 heures annuelles pour les agents de la collectivité.

À ce jour, le temps de travail annuel à Mantes-la-Ville est, en effet, de 1 526 heures pour un agent à temps complet, soit 81 heures de moins au regard du temps légal. Le maire de Mantes-la-Ville, M. Cyril Nauth, confirme qu’il souhaite faire appliquer le temps de travail à 1 607 heures dans ses services. Mais, il précise que, pour l’heure, aucun projet allant dans le sens d’une suppression de jours de congés n’a été validé et soumis aux agents municipaux et à leurs représentants.

En revanche, il a été présenté, lors d’une réunion générale sur la refonte du temps de travail, le 4 septembre 2017 aux représentants du personnel et devant tous les directeurs de services un calendrier et une méthodologie fondée sur des groupes de travail devant se réunir de septembre à novembre 2017. L’objectif est donc clairement de travailler dans le cadre d’un dialogue social partagé.

M. Cyril Nauth réagit à ce préavis par deux observations :
– certains groupes de travail ne se sont réunis pour la première fois qu’en fin de semaine dernière, il est donc très prématuré de parler d’un quelconque « projet » de la municipalité puisque les échanges dans le cadre du dialogue social viennent seulement de commencer.
– à aucun moment, les représentants du personnel n’ont manifesté le souhait de le rencontrer sur ce sujet, ce qui semble traduire une volonté unilatérale de rupture de ce dialogue social au détriment des agents eux-mêmes.

M. Cyril Nauth déplore également les conséquences de ce mouvement sur la qualité du service public, notamment à destination des enfants fréquentant la restauration scolaire et regrette le manque de responsabilité et de sang-froid des représentants syndicaux. Dans un contexte social perturbé au niveau national, on peut d’ailleurs légitimement s’interroger sur les réelles motivations et intentions des représentants CGT du personnel de Mantes-la-Ville.

En tous les cas, les intentions et les motivations de la municipalité, elles, sont claires : défendre l’intérêt de la collectivité, défendre les intérêts des Mantevillois et ceux de tous les usagers des services publics tout en respectant la loi et les droits des agents municipaux.

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – MAIRIE DE MANTES-LA-VILLECREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Carrières-sous-Poissy : pour l’opposition, le maire a commis un « hold-up » démocratique

La lutte des clans se poursuit à Carrières-sous-Poissy. Réunis en conseil municipal, les élus devaient …