Mantes-la-Ville : le journal satirique local éparpille l’opposition au FN façon puzzle

Des oreilles vont siffler, et certains lecteurs de la 71ème édition du petit journal satirique gratuit de Mantes-la-Ville, l’Avec, risquent bien de tomber de leur chaise. De gauche et en général plutôt nuancé, ce « journal satirique, artistique et critique » distribué à la sortie des conseils municipaux a en effet décidé de sortir le bazooka pour commenter les deux contre-bilans diffusés en opposition à celui établi par le maire FN Cyril Nauth.

En novembre dernier, face au bilan de mi-mandat distribué par la municipalité FN dans les boîtes aux lettres de la commune, les trois groupes constituant l’opposition municipale avaient décidé de s’unir pour riposter. Respectivement menés à gauche par l’ex-maire PS Annette Peulvast et par Monique Brochot, aussi ex-maire PS qui avait succédé à la première, et à droite par Eric Visintainer (LR), ils avaient alors distribué un contre-bilan commun.

Toujours en novembre, le Collectif de réflexion et d’iniatives citoyennes (Cric) de Mantes-la-Ville, créé au lendemain des élections municipales de 2014 pour lutter contre le FN, se livrait également à l’exercice du contre-bilan. Le Cric avait été fondé par Romain Carbonne, alors non engagé politiquement, devenu en 2017 candidat FI aux élections législatives (abandonnant alors la présidence du collectif, Ndlr).

Au sein de la rédaction d’Avec, cette floraison de contre-bilans, de la part de responsables politiques anciens comme nouveaux, semble avoir sérieusement agacé l’un des auteurs. Dans un souci de clarté, Temps Réel précise qui est évoqué par les descriptions sibyllines d’Avec, comme leur emplacement sur la photo ci-dessus. Voilà le pamphlet acide dédié à ces initiatives :

Ils étaient trois adversaires en 2014, leurs querelles ont installé Nauth’ maire à l’hôtel de Ville. Mais, les voilà aujourd’hui en photo, ensemble, souriants sur le même tract. Réconciliés, on vous dit ! Face à trois journalistes, un peu médusés (mais qui ne le serait pas ? ), ils ont voulu montrer que le FN au pouvoir, c’est pas bien.

La plus ancienne (Annette Peulvast, en haut à droite, Ndlr), telle une artiste retrouvant la scène après un long purgatoire, pense être la vedette du jour. La moins ancienne (Monique Brochot, en haut à gauche, Ndlr) semble chercher du regard la plus proche issue de secours. Le dernier larron (Eric Visintainer, en bas à droit, Ndlr), bien assis sur sa droite, croit enfin l’heure venue d’échapper au néant.

De cette union contre nature est sorti un bébé de 4 pages qui n’a pas manqué de faire bondir l’ancien président désormais porte-parole de l’association Mantes-la-Ville, ma vie, ma gloire (Romain Carbonne, en bas à gauche, Ndlr), prétendument sans étiquette, et officiellement sans avenir.

Une belle dispute de récréation s’en est suivie: « C’est moi qui ai parlé le premier », « Non, c’est moi », « C’est celui qui dit qui est ». Bref, il paraît que les leçons de 2014 ont été retenues. Il paraît !

 

Dans ce même numéro, la rédaction d’Avec a également souhaité faire oeuvre de pédagogie en donnant son avis tout en revenant sur l’entre-deux tours des dernières élections municipales, qui vit désistements, fusions et affrontements internes permettant l’élection d’un FN pourtant minoritaire, dans un articulet judicieusement intitulé « 2014 : la faute à qui ? » :

Prenons les résultats du premier tour des municipales de 2014 et rappelons-nous ce qui s’est passé. Nauth (FN) : 1266 voix ; Peulvast : 1178 voix ; Brochot (PS) : 1146 voix ; Andreela (DVD) : 971 voix ; Visintainer (DVD) : 669 voix ; Bauret (FG) : 615 voix.

D’après cela et au premier abord, Madame Peulvast devait être la candidate de la gauche au second tour; mais madame Bauret se rallie à madame Brochot: 1146 + 615 = 1761, c’est donc cette dernière qui devient la candidate en tête pour la gauche ; mais madame Peulvast se maintient et vous connaissez la suite.

Qui est responsable de cette situation ? Toutes les trois le sont, avec des raisons et des degrés de responsabilités différents ; mais responsables quand même. Alors poser ensemble, oui mais elles ont bien du retard.

SOURCE : AVECCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Carrières-sous-Poissy : condamnation du maire au tribunal, Anthony Effroy réagit

Le maire de Carrières-sous-Poissy Christophe Delrieu (DVD) aurait été condamné par le tribunal administratif. Sa …