Maisons-Laffitte : il communiquait par Snapchat pour livrer du cannabis

Le dealer utilisait le réseau social Snapchat pour prendre les commandes de ses clients, qu’il livrait ensuite, selon ce qu’il a avoué aux policiers qui l’ont interpellé. Ce lundi 23 avril, une patrouille de police décide de contrôler un automobiliste. Ils sentent immédiatement la « forte odeur de cannabis », d’après une source proche de l’enquête, et interrogent le conducteur.

Ce dernier leur remet immédiatement trois sachets « contenant des stupéfiants ». Les fonctionnaires l’interpellent et le fouillent, découvrant 370 euros en espèces. Fouillant ensuite sa voiture, ils découvrent, derrière le compteur, 250 euros et une pochette plastique de près de 200 grammes d’herbe de cannabis « conditionnés pour la revente ».

Ils poursuivent l’enquête en perquisitionnant le domicile de leur suspect. Les policiers y trouvent un pistolet à grenaille, une bombe lacrymogène, un poing américain. Dans le réfrigérateur, ils tombent sur 14 petits sachets de cocaïne (pour un poids total de 9,8 grammes, Ndlr) et 590 euros en espèces.

L’automobiliste dealer déclare aux agents avoir volé le pistolet à grenaille « à un individu originaire de Saint Ouen ». Concernant la cocaïne, il s’affirme pas au courant que ces sachets laissés là « par un ami » contenaient de la drogue.

Il avoue cependant aux policiers qu’il livre de l’herbe depuis mi-mars, en utilisant Snapchat pour communiquer avec ses clients. Selon ses déclarations, il en livrait en moyenne sept par jour pour un chiffre d’affaires de 280 euros, soit au total 8 400 euros de revente pour un bénéfice estimé à 2 300 euros. L’homme a été déféré ce jeudi matin au tribunal de Versailles.

SOURCE : TR 78CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Epône : braquage d’un convoyeur de fonds à la station Total access

Les malfaiteurs n’ont pas été arrêtés à cette heure. Ce jeudi vers 13 h 20, …