Les Mureaux : aidez l’épicerie solidaire pour des couches, déjeunez avec Jérôme Bonaldi !

Ils sont soutenus par l’animateur de télévision Jérôme Bonaldi, et comptent sur la générosité des internautes pour pouvoir garnir de couches les rayson de l’épicerie solidaire des Mureaux (photo). Soixante familles muriautines viennent chaque semaine y faire leurs courses.

Orientées par des travailleurs sociaux pour des périodes de trois à six mois, elles y payent environ 15 % du tarif réel de ces produits de première nécessité :

Afin de proposer le meilleur service nécessaire aux bénéficiaires de notre épicerie solidaire, il nous semble important de retrouver les rayons principaux d’une supérette: fruits, légumes, produits frais, épicerie sucrée et salée, surgelés, produits d’hygiène et d’entretien, fournitures scolaires.
 
L’économie ainsi réalisée permet aux personnes en situation de difficulté financière de pouvoir régulariser une situation difficile: le remboursement d’un impayé, d’un découvert bancaire, faire réparer un véhicule, renouveler un appareil ménager sont des exemples de situations individuelles qui peuvent déséquilibrer un budget familial et justifier l’orientation dune famille vers l’épicerie solidaire.

 

La vingtaine de bénévoles participant à faire fonctionner cette épicerie solidaire l’ont fondée en 2012 car ils ont constaté que « de nombreuses familles avaient du mal à boucler les fins de mois », écrivent-ils dans une collecte en ligne récemment lancée. Nommée « Des bébés bien au sec », elle est destinée à récolter des fonds afin de pouvoir acheter des couches-culottes :

Pour aider les familles qui nous sont orientées, nous nous approvisionnons en récupérant les invendus auprès de plusieurs supermarchés proches de notre épicerie solidaire.Mais nous ne trouvons pas tout ! Nous devons acheter…

Ce qui nous manque le plus ? Des produits d’hygiène corporelle… et surtout des couches pour les tout petits ! Nous lançons donc cette collecte, en partenariat avec l’Association nationale de développement des épiceries solidaires (Andes), afin de financer l’approvisionnement en couches pour les 10 mois à venir.

Parmi ces 60 familles en moyenne par semaine, une dizaine en moyenne ont des enfants en bas âge. Elles peuvent acheter 1 à 2 paquets de couches par semaine, selon la composition de la famille, certaines ayant 2 tout-petits !

 

Ce partenariat avec l’Andes se traduit par un remerciement un peu particulier : parmi ceux ayant donné plus de 750 euros, le plus généreux pourra rencontrer à Paris le président de l’association, Jérôme Bonaldi, ex-animateur de télévision. A partir de 200 euros de dons, les mécènes de l’épicerie seront par ailleurs incités à un goûter, un déjeuner ou un dîner au sein de la structure.

A ce jour, l’épicerie solidaire a récolté près de 600 euros donnés par neuf internautes, elle estime avoir besoin de 2 800 euros afin de pouvoir alimenter l’épicerie en couches cette année :

Le calcul est donc le suivant, sur une base minimale de 10 bébés par semaine : 10 bébés x 4 semaines par mois x 10 mois = 400 paquets de couches à acheter pour que l’épicerie puisse proposer ce produit pendant 10 mois aux familles concernées.

Un paquet de couches = 7 euros ; pour 10 mois, le total est de: 7x 400 paquets = 2 800 euros. Si vos dons sont supérieurs à 2 800 euros, nous pourrons prolonger d’autant le service rendu aux bébés.

 

L’an dernier, l’épicerie solidaire de l’association Insertion solidarité et autonomie a bien failli fermer ses portes, obtenant de justesse le maintien de deux de ses salariés en contrats aidés pour six mois supplémentaires. Sa présidente relatait alors les difficultés de l’association dans La Gazette en Yvelines :

L’association recourt à des stagiaires et reçoit 66 000 euros de subventions. « Sans l’aide de salariés, c’est difficile. Il faudrait soit une hausse des subventions, soit des bénévoles supplémentaires », décrit la présidente de la précarité de la situation actuelle.

Regardez aussi

Mantes-la-Ville : le maire FN provoquera-t-il des bagarres entre musulmans lors de l’Aïd ?

Certains fidèles et responsables des deux associations cultuelles musulmanes de Mantes-la-Ville craignent que la fête …