Le maire à peine parti, la majorité de Coignières annule la fusion avec Maurepas

La fusion n’aura pas lieu! Annoncé le 9 avril (photo) comme souhaité par leurs maires, Grégory Garestier (LR) à Maurepas, et Jean-Pierre Sevestre (SE) à Coignières, ce rapprochement communal semble se terminer à peine un mois après son lancement.

Sa majorité, désormais menée par David Pennetier, adjoint aux finances, annonce unilatéralement cet après-midi qu’elle arrête le projet de commune nouvelle. « Les études que nous proposons ne remportent plus l’unanimité de l’ensemble de l’équipe, une équipe représentative de la pluralité de notre commune et qui anticipe déjà un refus d’une partie des habitants », écrit l’adjoint dans un communiqué de presse.

Il poursuit en annonçant « la décision collective de ne pas présenter le projet d’études communes avec Maurepas au prochain Conseil municipal et de stopper ce projet de création d’une commune nouvelle Coignières-Maurepas ». Voici le communiqué des élus de Coignières dans son intégralité :

Pour faire face à la baisse drastique des dotations de l’État (- 700 000 € à Coignières sur les 3 dernières années, soit près de 15% de l’ancienne taxe professionnelle qui faisait la fierté passée de notre ville), toutes les communes se retrouvent dans l’obligation d’inventer de nouveaux modes de fonctionnement afin de garantir malgré tout un même niveau de service public aux habitants.

Coignières ne fait pas exception et doit aussi trouver des solutions pour compenser cette baisse importante de ses recettes. Des efforts ont été réalisés pour diminuer nos dépenses de fonctionnement : – 25 % depuis 2015. Néanmoins, nos équipements publics et notamment nos écoles vieillissantes et certaines structures sportives nécessitent des investissements de réhabilitation importants qui n’ont pas été anticipés par l’ancien Maire.

De plus, l’état a déjà annoncé l’objectif de 13 milliards d’économies à réaliser par les collectivités territoriales sur les 5 prochaines années. Les villes seront mises à plus forte contribution dans les années à venir et le manque à gagner pour Coignières sera impacté de façon très importante, nous le savons déjà.

Plusieurs solutions sont possibles pour pallier ce manque à gagner financier qui nous attend dans le futur : augmenter le prix de la cantine, supprimer des activités pour nos enfants, supprimer des services publics… Nous nous refusons formellement à en arriver là ! Coignières est une ville où il fait bon vivre et nous avons à coeur qu’il en reste ainsi.

Nous nous efforçons donc de diminuer encore nos dépenses pour compenser la baisse très importante des dotations. Tous les marchés publics sont renégociés, tous nos achats sont mis en concurrence, toute notre organisation interne est remise à plat avec toujours pour seul objectif : sauvegarder le service public et la qualité de vie des Coigniériens !

Récemment nous avons expérimenté avec d’autres villes la mutualisation de certains services comme la police, les archives ou encore les achats. La réglementation publique ne nous permet pas hélas d’aller plus loin dans la mutualisation des services. Par ailleurs, la loi de finance 2018 propose des dispositifs financiers avantageux aux communes qui se rassemblent et l’état incite fortement les villes à s’allier pour diminuer les coûts de fonctionnement.

Le 9 avril 2018, les maires de Coignières et de Maurepas ont fait part, en toute transparence, de leur volonté de lancer des études prospectives pour évaluer les impacts financiers et juridiques réels d’un rapprochement de nos 2 communes qui partagent historiquement un même bassin de vie et dont les habitants se côtoient quotidiennement.

Si ces études étaient favorables, elles devaient alors être suivies d’une large concertation avec les Coignièriens, une occasion unique de réfléchir ensemble à la construction d’un projet de territoire commun.

À l’issue de cette concertation, si ce projet de commune nouvelle avait montré un véritable intérêt pour notre ville, alors, et alors seulement, il aurait été soumis au vote des habitants qui auraient choisi eux-mêmes leur destin, puis ensuite au vote du Conseil municipal si le vote des habitants avait été favorable. Il n’a jamais été question de choisir un autre chemin, quoi que nos détracteurs aient pu vous faire croire.

L’opposition a fait le choix de caricaturer la consultation citoyenne que nous proposons, allant même jusqu’à affoler sciemment les habitants et à leur faire croire à tort que la commune nouvelle serait créée lors du Conseil municipal du 2 mai sans en informer les habitants et en s’affranchissant de leur avis. Des manifestations publiques ont été organisées, des mensonges énoncés.

Un spectacle désolant au final pour notre ville au profit de personnalités politiques plus soucieuses de leur ambition personnelle que de l’intérêt général. Comment sinon être contre un projet qui n’a pas encore été étudié ?

Néanmoins, nous entendons et comprenons les inquiétudes légitimes exprimées par les habitants. Nous sommes aussi Coigniériens et sommes attachés à l’identité de notre village que nous n’aurions jamais laissé disparaître. Ce projet ambitieux a manifestement été mal compris et certainement mal expliqué.

Un projet de cette importance ne peut se gérer sans la présence de notre Maire empêché pour cause de maladie. Jean-Pierre Sevestre m’a confié la gestion de la ville en son absence et m’a chargé de mener une concertation collective avec notre équipe quant à la suite que nous devons donner à ce projet.

Les études que nous proposons ne remportent plus l’unanimité de l’ensemble de l’équipe, une équipe représentative de la pluralité de notre commune et qui anticipe déjà un refus d’une partie des habitants. C’est pourquoi, nous avons pris la décision collective de ne pas présenter le projet d’études communes avec Maurepas au prochain Conseil municipal et de stopper ce projet de création d’une commune nouvelle Coignières-Maurepas.

Je remercie Grégory Garestier et les équipes administratives de Maurepas avec qui j’en suis certain, nous continuerons d’entretenir toujours d’aussi bonnes relations. Notre police pluri-communale oeuvre déjà sur le terrain et les habitants apprécient sa présence à leurs côtés.

Lorsque la piscine sera construite, tous les jeunes Coigniériens pourront apprendre à nager. Ce sont-là de nouveaux services aux habitants que nous avons à coeur de réussir ensemble. Dans l’attente, c’est avec responsabilité et détermination que nous poursuivons la mise en oeuvre du programme Horizon 2020 présenté aux Coigniériens en janvier 2018.

SOURCE : COMMUNIQUE DE PRESSE – MAIRIE DE COIGNIERESCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Vallée de Seine : le syndicat de l’incinérateur se dégage de toute sa dette toxique

Après 13 ans de tourments, les 15 communes yvelinoises * qui composent le Syndicat intercommunal …