La Verrière : le Bois de l’étang, « exemple frappant de l’expansionnisme salafiste » ?

Les habitants du quartier du Bois de l’étang se seraient sans doute bien passés d’une telle mise en valeur. Dimanche, ce quartier de La Verrière (photo) a en effet été évoqué pour l’islamisme radical qui s’y propagerait par le JDD, dans un article intitulé « Le salafisme sous haute surveillance ».

Le journal mentionne le Bois de l’étang comme « un exemple frappant de l’expansionnisme salafiste » selon « les policiers spécialisés ». S’appuyant sur « une synthèse confidentielle » recoupant des notes du Service central du renseignement territorial (SCRT), le JDD poursuit :

Ils ont commencé par la mosquée en 2007, puis ont très vite accru leur influence. Aujourd’hui, environ 700 fidèles venus de l’Île-de-France, mais aussi du Nord et de Belgique, assistent au prêche du vendredi. Et cette zone sensible du Bois-de-l’Etang vit sous emprise. Des associations satellites relient les messages salafistes et exercent de fortes pressions sur les habitants.

Selon des témoignages recueillis sur place par le SCRT auprès d’élus et de résidents, une police des bonnes moeurs aurait été imposée. Elle veillerait au respect des règles vestimentaires, le voile pour les femmes le plus souvent cantonnées dans leur univers domestique, et pousserait jusqu’à la vérification des cabas pour s’assurer de la qualité halal des aliments et déceler l’achat d’éventuels produits prohibés.

Les réfractaires seraient pris pour cibles : harcèlement collectif, voire violences physiques (crachats, jets de pierres). L’instauration de ce nouvel ordre salafiste aurait en outre eu pour effet une diminution marquée de l’insécurité. Les délinquants, eux aussi, n’auraient eu d’autre choix que de se soumettre.

SOURCE : JDDCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Yvelines : « mademoiselle » et « chef de famille » bannis de l’université car sexistes

Les expressions telles que « mademoiselle » ou « chef de famille » n’auront bientôt …