Guyancourt : pesticides, le maire demande à l’Etat d’agir

François Morton a écrit une lettre une lettre à la ministre de l’écologie, Elisabeth Borne, au sujet de l’utilisation des pesticides.

Cette lettre intervient dans un climat particulièrement tendu entre les mairies et l’Etat, au sujet des nombreux arrêtés anti-glyphosate pris ces derniers jours. Ces décisions, prises par les maires, sont considérées par l’Etat comme illégales.

Récemment, par exemple, la maire du Perray-en-Yvelines Paulette Deschamps a été convoquée par le tribunal administratif (audience prévue le 13 septembre, Ndlr). Cette convocation faisait suite à l’arrêté pris par l’élue pour interdire l’utilisation de pesticides sur le territoire de sa commune, à moins de 150 m des zones d’habitations. Plusieurs autres décisions similaires ont également été prises ces derniers jours, dans différentes communes d’Ile-de-France.

Dans sa lettre, le maire de Guyancourt reconnaît l’illégalité des actes pris par les maires. Mais il soutient néanmoins leurs démarches, souhaitant interpeller l’Etat sur l’urgence de prendre des mesures pour protéger non seulement l’environnement, mais aussi la santé des riverains.

Les arrêtés anti-glyphosate sont non seulement illégaux juridiquement mais impossibles à faire appliquer de manière stricte, sans moyens de contrôle supplémentaires donnés aux collectivités. Ce procédé, pris par certains de mes collègues maires, n’est j’en conviens pas satisfaisant. Néanmoins, je comprends totalement leur démarche car ne rien faire ne l’est pas davantage.

Il revient à l’Etat de mettre en place tous les moyens nécessaires pour préserver notre environnement et nous protéger des pesticides, toxiques pour tous les organismes vivants. Le plan Ecophyto, dont “l’enjeu est de réduire le recours aux produits phytopharmaceutiques de 50 % d’ici 2015”, doit être plus ambitieux, dans ses objectifs comme dans son calendrier. Je pense notamment aux parcelles agricoles situées en proximité directe des habitations.

La santé de nos concitoyens ne peut pas attendre. Il y a urgence. Aidez-vous à éradiquer l’utilisation de tous les pesticides sur l’homme et l’environnement.

 
En août, la mairie de Villepreux avait déjà envoyé une telle lettre pour avertir des dangers de l’épandage de pesticides près des zones habitées.

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – MAIRIE DE GUYANCOURTCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Yvelines : le département en situation d’alerte sécheresse

Dans un communiqué du 10 septembre, le préfet des Yvelines a décidé de placer l’ensemble …