Carrières-sous-Poissy : l’ancien maire demande à ce que la ville soit classifiée zone de sécurité prioritaire


Depuis quelques jours le ton monte dans la commune de Carrières-sous-Poissy. Cette semaine les habitants de la ville ont été témoins de nombreux affrontements entre bandes rivales, opposant parfois jusqu’à 60 jeunes. L’ancien maire, Eddie Ait (Génération Ecologie) en est venu à saisir le ministère de l’intérieur, réclamant le placement de la commune en zone de sécurité prioritaire.

C’est la goutte d’eau qui a fait déborder le vase à Carrières-sous-Poissy. Le quartier des Fleurs à a vu s’affronter à plusieurs reprises en début de semaine des jeunes de bande rivales, originaires de Sartrouville et Carrières-sous-Poissy. Nunchaku, armes blanches, cocktails Molotov ou encore matraques télescopiques, les rixes particulièrement violentes ont choquées les habitants du quartier. Mercredi 29 mai, l’ancien maire de la ville, Eddie Ait a ainsi fait appel, en dernier recours au ministre de l’intérieur, lui-même.

A travers un communiqué, il a interpellé le ministre, Christophe Castaner, réclamant que la commune soit labellisée zone de sécurité prioritaire et obtienne des moyens sécuritaires supplémentaires. Outre les récentes altercations qu’a connu la ville, depuis longtemps, la situation sécuritaire semble s’être détériorée. Entre trafic de drogue, squat d’appartement et rixes, pour l’ancien maire, la situation n’est plus soutenable :

La situation au sein du quartier des Fleurs de Carrières-sous-Poissy est sans contrôle. Au-delà des événements récents (depuis le lundi 27 mai), la délinquance y est particulièrement ancrée : trafic de drogue, squats d’appartements, rodéos de quads et de motos…

La situation n’est plus soutenable. Nous tenons à faire part de notre solidarité avec les habitants du quartier.
La réponse politique doit être ferme et durable. Les Carriéroises et les Carriérois réclament un « bouclier de sécurité ». Ils connaissent depuis quelques années une dégradation importante de leurs conditions de sécurité.
En effet, Carrières-sous-Poissy souffre plus que d’autres communes d’une insécurité quotidienne et d’une délinquance enracinée. C’est la raison pour laquelle, nous avons saisi ce jour Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, afin que soit étudiée une classification de la commune en Zone de sécurité prioritaire (ZSP).

Les réponses sont multiples en matière de sécurité publique.

Aussi, nous regrettons la fermeture par le maire du poste de police municipale situé au cœur du quartier des Fleurs en avril 2014 et la suppression à Carrières-sous-Poissy en 2015 par le Conseil départemental des Yvelines du dispositif de médiation et de prévention.

SOURCE : COMMUNIQUE DE PRESSECREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Poissy : le vote sur l’avenir de la prison est-il entaché d’irrégularités ?

Hier, le maire Karl Olive (LR) a annoncé officiellement le résultat de la large consultation …