Carrières-sous-Poissy : ils dénoncent des « subventions disproportionnées » de la mairie à certaines assos

Toujours aussi remontés depuis l’élection du maire LR Christophe Delrieu en 2014, les responsables des deux groupes d’opposition, Eddie Aït (PRG) et Anthony Effroy (FI), ont organisé samedi une conférence de presse pour évoquer, entre autres, la question de certaines subventions municipales aux associations :

Si la grande majorité des associations de la ville apportent des avantages indéniables aux habitants et méritent à ce titre d’être soutenues financièrement par la municipalité, quelques-unes d’entre elles semblent bénéficier de subventions disproportionnées par rapport aux bénéfices de leurs actions.

 

Pour Eddie Aït, qui a alerté le procureur de la Répbulique par rapport à un éventuel conflit d’intérêt concernant l’association Baby Smile. Il faudrait même parler d’un « système Delrieu » :

Le « système Delrieu », que nous avons dénoncé lors de l’attribution par la majorité municipale de 50 000 euros à l’association AJC en 2014, prend toute sa signification à la vue de l’instruction actuellement menée par le parquet financier de Versailles pour de présumés détournements de fonds publics. Plus récemment, la majorité municipale a décidé d’attribuer une subvention de 6000 euros à l’association Baby smile.

Ce financement aurait presque pu passer inaperçu si nos deux groupes d’opposition n’étaient pas aussi vigilants. C’est ainsi qu’après vérification des statuts, nous avons constaté que la secrétaire de l’association n’était autre que la fille de la maire-adjointe déléguée aux finances, Marie-Laure Vardon. Une telle situation est évidemment de nature à faire naître un conflit d’intérêt, c’est donc sur le fondement de l’article 40 du Code Pénal que j’ai de nouveau déposé une saisine auprès du procureur de la République.

 

Anthony Effroy, lui, allègue surtout une absence de transparence de la part de la municipalité :

Depuis l’élection de l’équipe Delrieu, la commission vie associative ne s’est jamais réunie et cela malgré mes demandes répétées. La conseillère municipale déléguée aux associations ne porte aucun grand projet et le maire ne la laisse que très rarement s’exprimer lors des séances du conseil municipal. Dans l’affaire AJC, Suzanne Charpentier avait même reconnu dans les médias qu’elle ignorait les projets de cette association, qui avait pourtant bénéficié d’une subvention municipale de 50 000 euros.

La municipalité fait preuve de la plus grande opacité dans l’attribution des subventions aux associations, sur ce point, l’AJC ne semble pas être un cas isolé, je m’interroge beaucoup sur le financement de l’association CaminoTV, qui ressemble plus à un outil de propagande au service du maire, qu’à une association apportant véritablement un service à la collectivité.

Aucun bilan des actions de cette l’association ne nous a été communiqué malgré de nombreuses demandes, il est dès lors difficile d’évaluer si les 60 000 euros de subventions et la mise à disposition de locaux sont justifiés. Ce qui est certain c’est que l’argent des contribuables n’est pas utilisé en toute transparence et cela n’est pas acceptable.

Regardez aussi

Limay : 1 010 signatures contre la baisse des APL, une motion contre les CIO qui ferment

La majorité communiste de Limay ne cesse décidément de s’exprimer publiquement contre les décisions du …