Achères : incendie à la station d’épuration, le Siaap mis en demeure par le préfet

Cette mise en demeure du Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (Siaap), à propos de la station d’épuration Seine aval (photo), s’ajoute aux récentes révélations par plusieurs médias, d’enquêtes et de procédures en cours autour du Siaap.

En février puis début mars, deux incendies avaient éclaté dans la plus grande station d’épuration d’Europe, à cheval sur Achères et Saint-Germain-en-Laye. La préfecture des Yvelines, le 6 mars 2018, soit deux jours après le dernier incendie, exige un certain nombre de mesures et diagnostics dans un arrêté, tandis qu’elle indique envisager, dans un autre arrêté, des poursuites en cas de non-respect de ses injonctions.

En effet, il apparaît, selon le premier des deux arrêtés, que « l’incident déclaré le 4 mars 2018 » avait pour origine « notamment la cuve de chlorure de fer mixte » qui aurait pourtant dû être mise à l’arrêt, au sein de l’unité de prétraitement, le 31 décembre 2017. La préfecture des Yvelines relève également que « ces non-conformités notables » avaient été relevées lors d’une visite le 23 janvier dernier.

Elle déplore par ailleurs le « non signalement d’un incident survenu le 21 février 2018 impliquant la même cuve de chlorure de fer mixte » dans l’usine d’épuration du Siaap. La préfecture des Yvelines met en demeure ce dernier de ne pas remettre en fonctionnement la fameuse cuve dans son premier arrêté :

Dans le cas où les obligations prévues […] ne seraient pas satisfaites dans les délais prévus […] et indépendamment des poursuites pénales qui pourraient être engagées, il pourra être pris à l’encontre de l’exploitant les sanctions prévues à l’article L171-8 du code de l’environnement.

SOURCE : PREFECTURE DES YVELINESCREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Poissy : le tracé urbain du Tram 13 express validé par l’enquête publique

Si les conclusions de l’enquête publique complémentaire, rendues publiques sur le site internet de la …