4 000 caméras contre « incivilités et risque terroriste » : expérimentation sur 12 sites en 2018

Suite à un article d’Europe 1 dévoilant, hier, un projet de couverture des 262 communes yvelinoises par 4 000 caméras en 2019, le conseil départemental des Yvelines apporte ce jour quelques précisions dans un communiqué de presse. Les expérimentations, lancées en 2018, concerneront 12 sites.

Le projet global, porté par Yvelines numériques, un organisme satellite du conseil départemental, a remporté lundi une « mention spéciale » dans la catégorie « Projet global de sécurité » des douzièmes Trophées de la sécurité, un concours interprofessionnel organisé par l’agence MDC :

Ce plan propose un dispositif à échelle départementale unique en France. Réunissant tous les acteurs concernés par la sécurité, il sera mis à disposition des communes yvelinoises qui le souhaitent. Le Département des Yvelines a décidé de lancer une plateforme mutualisée de vidéoprotection visant à offrir un niveau de sécurité optimal aux collégiens et au public visitant ses sites.

Piloté par le syndicat Yvelines numériques, ce projet s’inscrit dans la continuité des projets de mutualisation numérique déjà engagés sur le territoire, notamment dans le domaine de l’éducation. L’augmentation des incivilités et du risque terroriste a conduit le Département à décider de mieux protéger ses sites administratifs et les collèges des Yvelines, soit environ 200 sites sur le territoire.

Ce plan répond à plusieurs enjeux:
– Offrir aux acteurs de la sécurité publique une plateforme mutualisée pour un niveau optimal de protection. Les pompiers des Yvelines rejoignent également le projet.
– Rendre plus efficace l’intervention de toutes les forces de sécurité en cas de nécessité
– Mutualiser les ressources et les informations pour plus d’efficacité et une dépense publique optimisée

« Les caméras seront progressivement déployées dans tous les collèges, les bâtiments départementaux, les casernes de pompiers, mais également dans les communes qui le souhaiteront. » a déclaré Karl Olive, vice-président en charge de la communication et du numérique au Département des Yvelines. « Pour cela on utilisera un réseau de fibres optiques ultra-moderne déjà installé par le Département ».

Contrairement à la vidéosurveillance, le projet des Yvelines ne se base pas sur le visionnage des images en direct : c’est seulement dans une situation de danger que les images sont analysées pour la levée de doute. Cela permet l’optimisation des ressources dans le souci du respect de la vie privée.

Dès lors qu’une situation anormale sera détectée, il sera plus rapide et plus facile de réagir, soit en déclenchant les actions adéquates (par exemple permettre aux pompiers d’arriver plus vite et avec les moyens adaptés sur le lieu d’un sinistre), soit en évitant les fausses alertes.

Tous les acteurs concernés par la sécurité à l’échelle départementale participent au projet : Département, préfecture, police, gendarmerie, Sdis, et également les maires des communes qui souhaiteront bénéficier de la plateforme. Ils pourront s’appuyer sur des technologies de pointe : logiciels intelligents, détection automatique d’anomalies en temps réel…

Ce projet représente un investissement de plus 13 millions d’euros, majoritairement supporté par le conseil départemental des Yvelines. Une expérimentation sur 12 sites pilotes (sites départementaux et communaux, collèges, caserne) sera effectuée à partir de 2018 pour aboutir à un dispositif optimisé et fonctionnel lors du déploiement d’ici mi-2019.

SOURCE : COMMUNIQUÉ DE PRESSE – CONSEIL DÉPARTEMENTAL DES YVELINESCREDIT PHOTO : SEINERGY LAB

Regardez aussi

Yvelines : le masque obligatoire aux abords des gares et des écoles

A compter d’aujourd’hui, mardi 1er septembre, le masque est rendu obligatoire par arrêté préfectoral aux abords des gares et des écoles yvelinoises. Une mesure qui vient compléter l'arrêté pris le samedi 15 août imposant le port du masque dans les marchés, brocantes et vides-greniers.