Trappes : sortie du livre-enquête de deux journalistes du Monde, « la Communauté »

Ce jeudi 4 octobre, « la Communauté », d’Ariane Chemin et Raphaëlle Bacqué, est sorti en librairie. Ce livre-enquête de journalistes du Monde (qui en a publié les bonnes feuilles, Ndlr), publié chez Albin Michel, rapporte leur vision de l’histoire contemporaine de Trappes. Passée selon les deux auteures « du communisme au communautarisme », la commune a ici fait l’objet d’une enquête poussée, rapporte l’Obs :

Canal+ ou Netflix pourraient en tirer une série télé époustouflante. Au fil des saisons, on vibrerait à l’unisson d’une banlieue française où le Parti communiste – quel exotisme ! – a régné pendant soixante-dix ans, où ont grandi des stars parmi les plus populaires du pays et d’où sont partis – stupeur ! – des dizaines d’apprentis djihadistes vers la Syrie…

La saga n’attend plus que ses scénaristes. Car l’histoire vraie dont elle devrait s’inspirer, les journalistes Raphaëlle Bacqué et Ariane Chemin la racontent avec maestria dans « la Communauté », le livre choc que l’Obs vous présente en exclusivité. Pendant un an, nos deux consœurs ont mené l’enquête. Direction Trappes, commune des Yvelines à 32 kilomètres de Paris.

 

Elles ont souhaité s’attacher à la commune yvelinoise à cause de son caractère plus extraordinaire que bien des villes de France. Côté négatif, Trappes compte 67 départs en Syrie à ce jour, un fait qu’elles ont eu de grandes difficultés à déterminer, a expliqué Ariane Chemin sur RTL ce vendredi matin :

On a d’ailleurs eu beaucoup de mal à établir ce chiffre, on a mis presque un an à l’établir. A la mairie, il y a un tabou, vous ne pouvez pas prononcer le mot islam. Il y a un déni de la part de tout le monde.

 

Mais Trappes, c’est aussi une ville comptant un nombre étonnant de destins médiatiques glorieux, en particulier dans le domaine artistique… dont il faut parfois partir pour réussir, poursuit la journaliste au micro :

On a eu l’impression que pour « réussir » il fallait partir. C’est incroyable, c’est une ville au fond incroyablement romanesque, puisque c’est une ville qui ne compte que 30 000 habitants, qui compte des stars comme Omar Sy à la carrière hollywoodienne, la Fouine, ou comme Djamel Debbouze.

Et d’une manière un peu invesrée, on nous a raconté, de quelqu’un qui est parti [en Syrie] qu’il avait un gros poste à l’EI (Etat islamique, Ndlr)… on a eu l’impression que pour devenir quelqu’un, il fallait parfois quitter cette ville.

SOURCE : RTL / LE MONDE / L’OBSCREDIT PHOTO : ALBIN MICHEL

Regardez aussi

Mantes-la-Ville : le maire FN provoquera-t-il des bagarres entre musulmans lors de l’Aïd ?

Certains fidèles et responsables des deux associations cultuelles musulmanes de Mantes-la-Ville craignent que la fête …