Rambouillet : le château restauré évoque en peintures les princes de son domaine au XVIIIème

Avec sa grosse tour médiévale, ses façades Renaissance, ses ferronneries XVIIIème et ses grandes baies néoclassiques, le château de Rambouillet porte la trace des siècles qui le façonnèrent.

Château fort d’un conseiller du roi Charles V au XIVème siècle, résidence du comte de Toulouse et de ses descendants au XVIIIème siècle, le château acheté par Louis XVI et apprécié par Napoléon devint en 1896 résidence présidentielle et lieu d’accueil des chefs d’État étrangers. Il conserve aujourd’hui ce statut de résidence de la République.

Dégradé par l’humidité, ce manteau d’Arlequin offrait l’aspect d’une aristocratique guenille. Les infiltrations provenant de la toiture menaçaient les décors intérieurs. Entamée en février 2015, la restauration du clos et du couvert menée par le Centre des monuments nationaux (CMN), d’un montant de 5,5 millions d’euros, lui a rendu sa dignité.

Les vastes toits d’ardoise et leurs plombs ont été entièrement restaurés, les maçonneries consolidées, les façades et les menuiseries extérieures restaurées et parfois, pour ces dernières, renouvelées. Sans gommer les traces de près de sept siècles d’histoire, ces travaux ont permis de redonner une certaine unité au château.

Le nouvel enduit laisse apparaître ici les briques Renaissance, là un parement de meulières du XIXème siècle, qui font le charme de cette imposante « maison de famille ». La restauration a en outre permis d’améliorer les performances énergétiques du bâtiment.

Fruit d’un partenariat établi en 2013 avec le château de Versailles, l’exposition « Les Princes de Rambouillet » évoque les propriétaires du domaine au XVIIIe siècle à travers une dizaine de portraits. Le visiteur est accueilli par une flambante effigie du comte de Toulouse, fils de Louis XIV et de la marquise de Montespan, habituellement accroché dans les appartements privés du château au deuxième étage. Restaurée, cette peinture est désormais considérée comme un original du grand Hyacinthe Rigaud.

Regardez aussi

Trappes : soirée électro à la Merise, Vitalic sur scène ! Et il reste des places…

Pascal Arbez-Nicolas, alias Vitalic, a plus l’habitude de parcourir les plus grandes scènes mondiales et …