Emmanuel Macron félicite pour son livre l’élu villennois, garde du corps de la République

Début novembre, Pierre-François Degand, élu LREM à Villennes-sur-Seine, a publié un ouvrage chez Glénat jeunesse, « Moi, major Degand, garde du corps ». Illustré par Hédi Benyounes, il raconte deux décennies de vie professionnelle au sein du Service de protection des hautes personnalités (SPHP), passées à protéger les dignitaires français comme étrangers et les personnes menacées.

A la fin de l’année dernière, le Villennois, ci-dessus en photo à gauche du maire de Poissy Karl Olive, a eu les honneurs d’un chef d’Etat dont il avait assuré la protection en France. Le roi du Maroc Mohammed VI est ainsi venu en personne (et en tenue civile, Ndlr) se faire dédicacer son ouvrage à la Fnac des Ternes.

En ce début d’année 2018, c’est le président de la République Emmanuel Macron, à qui Pierre François Degand a envoyé son ouvrage, qui le félicite dans un courrier plutôt chaleureux et signé de sa main :

Sensible à votre démarche, je tiens à vous en remercie chaleureusement. Sachez que j’ai parcouru votre livre avec intérêt et plaisir.

Votre carrière illustre ce que peut être le parcours d’un véritable gardien de la République. Car lorsque vous escortez et protégez des ministres français, des dirigeants étrangers ou encore des personnalités menacées pour leurs convictions ou leurs engagements, vous contribuez à préserver, en réalité, l’intégrité des fondements de notre démocratie.

Sans faiblir, vous vous interposez entre la violence et ceux qui incarnent nos institutions, entre les agressions lâches des extrémistes et ceux qui expriment librement leurs idées. Conscients que cet engagement peut vous conduire à perdre la vie, à l’instar de votre collègue Franck Brinsolara (Franck Brinsolaro en réalité, Ndlr), tué dans les locaux de Charlie Hebdo, les Françaises et les Français vous en sont reconnaissants.

Au nom de ces derniers, je tiens donc à vous faire part, et à travers vous à tous ceux qui partagent nos missions, de notre profond respect et de notre admiration. Puissiez-vous inspirer nombre de vocations à travers votre récit !

Me réjouissant par ailleurs de votre investissement au service des valeurs que nous avons en commune, je vous prie de croire, Monsieur le conseiller municipal, à l’assurance de mes sentiments les meilleurs.

SOURCE : TR 78CREDIT PHOTO : TR 78

Regardez aussi

Triel-sur-Seine : une maison s’affaisse et menace de s’effondrer au centre-ville

Le locataire triellois qui habitait cette maison du centre-ville a dû être relogé. Hier lundi …